Kindheit mit doppeltem Stigma
Enfance avec double stigmatisation

Les auteurs : Sophie Roupetz, Lukas Schretter, Lisa Haberkern, für ORF.at
Le réseau de recherche Horizon 2020 « Enfants nés de la guerre : passé-présent-avenir » (Marie-Sklodowska-Curie-Measure 642571), financé par l’UE, étudie les conditions de vie et de socialisation des « enfants de la guerre » depuis 2015. Les auteurs Sophie Roupetz (Université de Leipzig), Lisa Haberkern (Université de Silésie à Katowice) et Lukas Schretter (LBI Kriegsfolgenforschung, Graz) font des recherches au sein du réseau.

Traduction

Article original

En Autriche et en Allemagne, des centaines de milliers d’enfants de soldats alliés et de femmes locales sont nés après la Seconde Guerre mondiale – après des histoires d’amour, des affaires courtes et des « partenariats de ravitaillement », mais aussi après un viol. Les sociétés d’après-guerre en Autriche et en Allemagne ont souvent eu du mal avec les « enfants de l’occupation ». Dans leur environnement familial et social, ces enfants souffraient souvent d’un double stigmate : ils sont nés hors mariage et en même temps sont la progéniture de leurs anciens ennemis.

Recherche des racines

De plus, la plupart des enfants n’ont jamais rencontré leur père biologique ou ont été abandonnés par eux. Beaucoup de personnes touchées sont encore à la recherche de leurs racines. L’intérêt ininterrompu des « enfants de l’occupation » et des « petits-fils de l’occupation » pour l’identité de leurs pères et grands-pères reflète l’actualité et la pertinence sociale du sujet. Une conférence à l’Université de Leipzig fin juin a été consacrée aux « enfants de l’occupation » nés entre 1945 et 1955.

Difficultés économiques et stigmatisation

Les conditions de vie des « enfants de l’occupation » étaient souvent caractérisées par des difficultés économiques, l’absence de père et la stigmatisation. Beaucoup d’enfants ont grandi avec leurs grands-parents, leurs parents adoptifs ou dans des foyers où les mères ne pouvaient pas s’occuper de leurs enfants ou les partenaires ultérieurs des mères ont rejeté les enfants. En général, les mères ne recevaient pas de pension alimentaire de leur père biologique.

Les enfants sont souvent tombés sur un « mur du silence » dans leur environnement, comme l’ont rapporté les personnes touchées et les chercheurs lors de la conférence de Leipzig. Les enfants de soldats afro-américains, nord-africains et d’Asie centrale ont également été victimes de discrimination raciste dans de nombreux cas.

Fonder une famille n’est pas complètement hors de question.

La plupart des « enfants de l’occupation » étaient élevés par des mères célibataires, mais à partir de 1946, des mariages entre soldats britanniques ou américains et des femmes locales étaient également possibles. Certaines femmes se sont déplacées en tant qu’ « épouses de guerre » vers les pays d’origine des hommes. Dans l’armée française, les relations avec les femmes allemandes n’ont jamais été interdites. En revanche, les mariages entre soldats soviétiques et femmes locales ont été exclus de facto.

L’enfant en tant qu' »événement de dommages de guerre

Les  » enfants de l’occupation « , nés de la violence sexuelle, vivaient dans un climat de tension particulier. Des rapports font état de viols commis par des soldats des quatre puissances occupantes. Mais on estime que jusqu’à 1,9 million de femmes ont été violées lorsque l’Armée rouge a envahi la seule Allemagne de l’Est. Les enfants nés de ce fait n’avaient généralement aucune connaissance de leur origine biologique.

Winfried Behlau, qui est né comme le fils d’un soldat soviétique et d’une mère allemande après un viol, a été considéré par les autorités dans les années d’après-guerre comme un « cas de dommages de guerre ». Pendant des décennies, il a cru que son histoire était unique. Aujourd’hui, son approche ouverte de l’histoire de sa vie encourage d’autres « enfants de l’occupation ». Parler de ses expériences d’enfance l’aide à faire face au stress psychosocial, a déclaré Winfried Behlau.

Dans une Allemagne divisée, le traitement des « enfants de l’occupation » différait selon la situation politique pendant la guerre froide. Néanmoins, ni à l’Est, ni à l’Ouest, il n’y a eu de débat public sur le sujet.

Conséquences psychosociales pour les mères et les enfants

Les survivantes de la violence sexuelle pendant ou après les guerres souffrent parfois encore des conséquences psychosociales pendant des décennies. Les femmes affectées tentent souvent de refouler les atrocités vécues. Pour eux, les enfants sont souvent un rappel vivant des expériences traumatisantes.

Les relations avec leurs mères décrivent souvent ces enfants comme étant distants et chargés de conflits. Un « enfant de l’occupation » a mentionné lors de la conférence de Leipzig « L’amour que j’ai appris de mes grands-parents, j’aurais dû l’obtenir de ma mère. ». Les enfants n’ont souvent appris que tardivement ou seulement par l’intermédiaire de tiers qu’ils n’étaient pas des « enfants de l’amour ». « Ma mère était comme une étrangère pour moi. Elle n’était pas capable de montrer ses sentiments « , a rapporté une personne concernée.
Par rapport à la population générale du même âge, les « enfants de l’occupation » présentent aujourd’hui un risque accru de maladie mentale, y compris les troubles somatiques, les troubles de stress post-traumatique et la dépression, comme le montrent les recherches menées par Heide Glaesmer du  Département de psychologie médicale et de sociologie médicale de l’Université de Leipzig.

Sur les traces du père

Les « enfants de l’occupation » abordent souvent la question des racines – la question du père. S’il n’y a pas ou peu d’informations disponibles sur la relation entre les parents naturels et la mère qui puissent être interrogées, les chances d’une recherche réussie de l’identité du père sont minces.

Zita L. est née en 1946 d’une histoire d’amour entre une Autrichienne nommée Antonia et un soldat d’occupation britannique. Le peu d’informations sur le père biologique est écrit sur une boîte de parfum et au dos d’une photo : « To Toni, de Ian » et « In Love ». Selon l’histoire, la boîte de parfum a été offerte à sa mère comme cadeau d’adieu. La photo montre le père avec un autre soldat et un enfant lorsqu’il était en poste en Grèce en 1944.

« Enfants de la libération » au lieu de « enfants de l’occupation ».

Eleonore Dupuis est née en 1946 d’une histoire d’amour entre sa mère autrichienne et un soldat soviétique en Basse-Autriche. Elle aussi est toujours à la recherche de son père biologique : elle a appris le russe, est apparue à la télévision russe, a raconté sa vie aux journaux russes et a écrit son autobiographie « Enfant de la libération », qui a été traduite en russe. Avec l’aide de ses contacts, elle soutient d’autres « enfants de l’occupation » dans leur « recherche des racines ».

« Je préférerais utiliser le terme « enfants de la libération ». Mais beaucoup de gens ne veulent pas en entendre parler, et « enfants de l’occupation  » s’est imposé, dit Eleonore Dupuis. Dans les discussions sur le nom correct des descendants des soldats alliés et des femmes locales, les personnes affectées sont également impliquées.

Beaucoup ne parlent pas d’eux-mêmes en tant qu' »enfants de l’occupation » ou « enfants de la libération » – surtout lorsque leur origine biologique et paternelle n’est pas l’une des données biographiques clés que les personnes concernées considèrent comme formatrices et génératrices d’identité.

Des réseaux soutiennent les personnes touchées

Après que les « enfants de l’occupation » en Allemagne et en Autriche aient été évincés de la mémoire collective de l’après-guerre pendant des décennies et n’aient reçu que peu d’attention, plusieurs études sur le sujet sont apparues ces dernières années. En 2012, une conférence organisée par Barbara Stelzl-Marx de l’Institut Ludwig Boltzmann pour la recherche sur les effets de la guerre avec Silke Satjukow de l’Université de Magdebourg a été consacrée pour la première fois à ces « enfants de la guerre » à Vienne. Des études scientifiques et des événements soutiennent la formation de réseaux entre les « enfants de l’occupation ».

Les plates-formes GI Trace, Abgängig-vermisst, Russenkinder e.V. et Herzen ohne Grenzen apportent un soutien dans la recherche d’un père. Un de ce réseaux est « Fleurs de Chardon », comme se surnomme le groupe des « enfants russes » en Allemagne. Ensemble, ils entretiennent un échange sur leurs expériences d’enfance et la recherche de leurs pères biologiques. Le réseau aide également les personnes concernées à établir une base de discussion au sein de leur propre famille. De sa propre initiative, elle réussit parfois à faire des recherches sur son père biologique et à rencontrer des membres de sa famille inconnus.


Liens :