Sélectionner une page

CŒURS SANS FRONTIÈRES

HERZEN OHNE GRENZEN

Enfant de la guerre

Chaque guerre ou conflit génère des naissances d’enfants
conçus par des parents ressortissants de pays ennemis.

Ces enfants sont appelés « Enfant de Guerre ».

Dès le départ, ces naissances sont le plus souvent réprouvées, incomprises, mal vécues par la société et parfois même par la famille proche. Les aléas de la guerre puis le retour de la paix déplacent les pères. Quand les combattants, les prisonniers, les déplacés regagnent leur pays, les femmes restent seules avec leurs enfants. Malgré la douleur due à la séparation, elles doivent survivre économiquement avec le handicap d’une situation incomprise et condamnée par la société.

Les enfants grandissent sans comprendre pourquoi ils sont laissés dans l’ignorance de quelque chose d’inconnu qu’ils ressentent à la fois terrible et injuste. Quand enfin ils percent le secret, leur soif de savoir devient vitale. Il leur faut alors surmonter la peur d’interroger un entourage qui les a formatés à rester dans l’ombre. Avec le peu d’informations qu’ils obtiennent, il leur faut entreprendre des démarches sans savoir où et auprès de qui, et souvent dans une langue qu’ils ignorent. Il leur faut frapper à des portes qui restent closes, se heurter à des lois sur la protection des données, affronter le silence des institutions. Quand leurs recherches aboutissent ils découvrent qu’ils arrivent trop tard, ils feront connaissance de celui,qu’ils cherchaient  en se recueillant sur sa tombe.

Fin 2005, des enfants de guerre nés de la Seconde Guerre mondiale ont décidé de ne plus admettre leur sort. L’association Cœurs sans Frontières est née de cette volonté d’obliger la société à reconnaître qu’ils existent et n’ont pas à en avoir honte. Nés de ressortissants de pays différents, ils ont dès l’origine revendiqués être par le cœur, « Sans frontières ».

Cœurs sans Frontières est un groupe fraternel dont les membres se comprennent, s’entraident, s’écoutent, puisent en leur expérience la volonté d’entreprendre des recherches pour éclairer un passé qui leur a été caché. Au-delà de leurs recherches, ils se sentent appelés à un rôle humain, social, historique et culturel. Ils souhaitent transmettre leur histoire aux générations actuelles et futures et agir afin de leur éviter de vivre les situations traumatisantes qu’ils ont connues.