Sélectionner une page

Dans le cadre de ma vie professionnelle, j’ai sévi à la SNCF en tant que conducteur de trains. J’ai terminé comme conducteur d’essais TGV. A ce titre, je fais partie de l’ACTGV, l’Association des Conducteurs de Trains à Grande Vitesse.

Je suis membre du Conseil d’Administration de cette association.

 Afin de contribuer, autant que possible, à faire connaître « Coeurs sans frontières », j’ai rédigé l’article ci-après, qui sera publié dans le « Bulletin d’information des tégévistes » de juillet 2009.

                                                      +     +     +     +

                                           F A I T   D E   S O C I E T E

              L’ACTGV est une association socioprofessionnelle qui regroupe des acteurs

de la grande vitesse ainsi que leurs sympathisants. Voici donc, de façon convenue et réductrice, une définition que l’on pourrait donner de « notre » ACTGV.

               Bien évidemment, derrière les mots « professionnel » et « social » un peu austères, derrière tous ces membres de notre association se cachent des HOMMES.

               Des Hommes qui ont leur vie, leurs convictions, leur sensibilité, leurs goûts,

leur histoire, bref, des hommes qui, avec leurs qualités et leurs défauts, avec leur diversité et leur richesse constituent la société.

               Chacun d’entre eux a sa vie privée et ses secrets et histoires de famille. C’est une continuité dans le cours de l’humanité.

                Hélas, l’homme s’est cru obligé d’inventer la chose la plus stupide, les guerres. Or, même dans ces circonstances tragiques, la nature humaine conserve ses droits et nous gratifie de comportements individuels que l’on ne retrouve pas forcément dans les livres d’Histoire.

                 Durant la deuxième guerre mondiale, eurent lieu des liaisons entre des femmes françaises et des soldats allemands. De ces relations souvent éphémères naquirent des enfants de l’amour mais aussi de la guerre. Ils sont maintenant àgés de 65 à 70 ans et certains cherchent encore à savoir ce qu’est devenu leur Père biologique.

                  Il va de soi qu’il est hors de question pour l’ACTGV de débattre de ce sujet délicat, ce n’est absolument pas sa vocation.

                  Simplement son attention a été attirée par un de ses membres sur la récente création d’une association regroupant ces victimes de l’Histoire.

     Elle a pour nom « COEURS SANS FRONTIERES » et facilite, entre autres les recherches du Père pour ces enfants de la guerre.

                   Dans un esprit de tolérance et de solidarité, l’ACTGV pense que, parmi les lecteurs de son bulletin d’information, ainsi que leurs proches et connaissances, il y a peut-être des personnes concernées par cette situation.

                    C’est donc à leur intention que l’ACTGV  a décidé, uniquement dans un but d’information, d’indiquer les coordonnées de cette association.

                     Les personnes visées directement ou indirectement par ce fait de société pourront consulter le site : www.coeurssansfrontieres.com

                     S’agissant d’une démarche relevant strictement de la vie privée,

l’ACTGV ne pourra en aucun cas être sollicitée sur sujet. Son rôle n’aura été, sur ce thème, dans un esprit associatif, que d’informer ses lecteurs.

                       L’ACTGV les remercie de leur attention et de leur compréhension.

     La Rédaction

                                                     +     +     +     +

Il va de soi que, le moment venu, je vous adresserai un exemplaire de cette publication.

 25 Mai 2009  Jean WILLEMIN