Sélectionner une page
SASBACH 2017

 

 

 

 

Un exposé de notre invitée Gwendoline Cicottini

« Merci pour l’invitation, je suis très heureuse d’être ici, je pense que certains d’entre vous me connaissent, mais je vais me représenter rapidement : je suis Gwendoline Cicottini, doctorante en histoire, et je travaille sur la thématique des enfants franco-allemands de la Seconde Guerre mondiale, qui sont nés en Allemagne de pères français et de mères allemandes……. »

ESPOIR

Quel mot merveilleux !

 

Quel mot merveilleux! Sans l’espoir notre vie serait grise, morne, sombre, impitoyable. Cette année encore, notre réunion était portée par l’espoir. Nous espérons tous une vie en bonne santé, baignée dans l’amour, la joie ou pourquoi pas une fin de vie agréable ou même un gain au loto.

Nous membres de CSF-HOG, nous portons en nous l’espoir comme un flambeau qui devrait faire jaillir les ombres de nos racines.

Nous voulons tous TROUVER, nos pères, nos frères et sœurs, ou bien, seulement un tombeau pour, par le cœur, être enfin proche de notre géniteur.
Je rêve de me trouver un jour devant le tombeau de mon père, de toucher la pierre tombale et de demander: POURQUOI?
POURQUOI es-tu parti? POURQUOI es-tu parti comme un voleur sans plus jamais t’occuper de ton enfant?
Bien sûr, la tombe ne nous donnera aucune réponse, mais le lieu trouvé, on rencontrera peut-être ses amis ou des voisins capables de nous parler de lui et ainsi mettre un peu d’éclairage sur sa vie, sa vie à laquelle nous ne pouvions participer.
Chez CSF-HOG cet espoir nous porte tous.

Lors de notre réunion à Sasbach nous avons beaucoup parlé de recherche et de retrouvaille. Deux membres ont raconté l’issue heureuse de leur recherche et nous avons écouté avec fascination le récit de toutes les difficultés et errances lors de ces recherches.
Tout cela nous encourage et nous aide à supporter les déceptions ou fausses pistes, car le flambeau de l’espoir ne s’éteindra pas.

Nous, adhérents de HOG-CSF de tout notre cœur, nous nous aidons et soutenons mutuellement. Ce, non seulement dans la recherche, mais aussi en parlant, aidant, consolant les autres. Ceci est vraiment merveilleux!
Nous apprenons que d’autres ont vécu un sort semblable et si l’un trouve sa famille c’est un signal encourageant pour ceux qui cherchent toujours.
Cette réunion se passait malheureusement à cause des élections présidentielles en France à cette date, avec trop peu d’adhérents français ; mais un bon exemple qui montre que le respect et la compréhension vis à vis des autres au-delà des frontières existe et que les disputes et la guerre mènent ad absurdum !
Dans ce sens… nous espérons nous revoir en pleine santé en novembre 2017 à Strasbourg.

Meggie Beck
Réunion : Herzen ohne Grenzen/Coeurs sans Frontières
5 Mai 2017 à Sasbach-Hochfelden.