Sélectionner une page

Cette histoire débute donc avant la guerre, par la naissance de l’acteur principal de ma naissance : Germaine Létendart, ma mère. Elle est née le 13 Octobre 1923 à Noeux les Mines, fille de Ernest Joseph Louis Létendart et de Germaine Fieux son épouse.

LE DÉBUT DE MON HISTOIRE

C’est au cours du premier trimestre 1943 que se trouve l’origine de mon histoire. Elle commence par Germaine Létendart, celle qui deviendra ma mère. Elle sera parmi les français et les Françaises qui choisiront de partir pour l’Allemagne nazie. Etait-ce par idéologie, par appât du gain, par attrait pour une vie meilleure que celle en France occupée, avec son cortège de privations et de brimades, ou par convictions pétainistes de vouloir collaborer à tout prix? Non il semblerait selon les dires de certaines personnes qu’elle serait partie pour un tout autre motif : l’amour, certes plus louable car il n’a pas de frontières. Alors qu’elle était déjà mariée en France, à un certain Marcel Lesage dont le mariage n’avait pour diverses raisons pas été consommé. Il semble probable qu’elle ait voulu rejoindre en Allemagne celui qu’elle aimait.

Elle contractera un engagement, sans contrat de travail, sous son nom de dame : Germaine Lesage, dans un des bureaux de recrutement sur Lille, l’un des nombreux Werbestallen de la région Nord. Elle partira volontairement le 5/3/43. Elle sera affectée en Allemagne à Klietz, près de l’usine d’armement. Elle y fréquentera cet officier allemand chargé de diriger cette usine. En pensant certes pouvoir trouver sa place dans ce concept nouveau, c’est-elle qui deviendra ma mère en avril 1945.

Comment, après avoir observé et constaté certains méfaits et avoir entendu à la radio, toutes les atrocités perpétrées par les troupes allemandes, pouvait-on encore choisir de collaborer et partir pour l’Allemagne afin de travailler pour le régime nazi ? Peut-on penser qu’elle s’est tout simplement laissée séduire par un homme qui l’a immédiatement aimée – le fameux coup de foudre dont elle avait tant rêvé -, sans penser aux lendemains, aux conséquences et encore moins au regard des autres.

C’est pourtant ce qui lui est arrivé. En agissant ainsi voulait-elle inverser le cours de son histoire, de son malheur en France, de cette vie médiocre qui la hantait et faire en sorte que sa nouvelle vie devienne plus forte que tout ? Avait-elle imaginé un seul instant qu’elle devrait répondre du pourquoi « avoir fait l’amour avec un de ces salauds de boches (comme l’on se plaisait à dire en France à l’époque) », plutôt qu’avec un brave Français, courageux, fier et honnête ?

Pour lire l’intégralité de l’histoire, merci de télécharger le fichier au format PDF (48 pages).