Sélectionner une page

 

Encore quelques jours et nous seront réunis. Cette rencontre annuelle est un moment attendu avec impatience, nous allons partager et échanger, mettre un visage sur les voix qui nous sont devenues chères au fil des mois.

Nous sommes heureux de vous annoncer une participation importante à la rencontre 2011, vous avez répondu très nombreux à notre invitation, cela nous réchauffe le cœur.

Nous avions envisagé un car de 50 places, nous avons dû louer un car de 60, un plus grand aurait permis de satisfaire plus de monde, mais il n’aurait pas été équipé d’une sono indispensable pour les commentaires.

La rencontre CSF 2011 est franco-allemande, de nombreux adhérents d’outre Rhin seront parmi nous, plusieurs personnes bilingues faciliteront les échanges amicaux, le maximum est fait pour assurer que l’AG et les allocutions des intervenants soient perçues dans les deux langues.

Une pensée voguera vers les absents qui n’ont pu faire ce voyage vers Paris, la vie a hélas ses contraintes.

Au cours de l’été plusieurs recherches ont aboutis :

Elke a trouvé sa famille paternelle, hélas plusieurs décès dont un récent ont atténué la joie de notre amie, mais une personne au grand cœur lui ouvre la mémoire familiale. Aucun souci pour communiquer, Elke parle parfaitement le français.

Monika a trouvé sa famille française, ses frères et sœur l’ont immédiatement adoptée, ellecommence une nouvelle vie, sous les meilleurs auspices.

Nous rêvons que de si belles histoires se m ultiplient.

Hélas, d’autres retrouvailles de cet été s’avèrent difficiles, refus de communication, refus d’admettre l’évidence… Il n’est pas facile à tous d’admettre qu’un père a laissé un enfant au bord du chemin, et que cet enfant, maintenant à plus de 60 ans veuille savoir qui était ce père et ce qu’il est devenu.

Depuis juillet nous avons eu la joie d’accueillir 16 nouveaux membres, dont 2 allemands. Nombreux sont ceux qui n’ont pas encore eu l’opportunité de rejoindre leurs pareils afin de trouver réconfort et conseils lors de leur recherche identitaire, mais il nous faut tout de même constater que le « tabou » s’effrite. L’association travaille chaque jour à le vaincre, les effets s’en font sentir en France et en Allemagne.

Nous réunir les 18 et 19 insufflera à tous une nouvelle énergie qui espérons le, permettra à plusieurs d’entre nous de compléter leur racines.

Nouveau sur votre site :

Vie de l’association/Rencontre : un commentaire illustré sur la rencontre de la région Ouest le 20 septembre.

Vie de l’association/entretiens : Jean-Paul Simon-Hose partage avec nous de belles pensées.

Vie de l’association/littérature/Bibliographie : 2 nouveaux livres, dont un témoignage de la « 3ème génération ».

Il faut le savoir, il y a les enfants de la guerre et les « petits enfants de la guerre », ces derniers sont de plus en plus nombreux à nous rejoindre, ils ont été souvent les témoins impuissants du mal être d’un de leur parent qui a subi une enfance telle que celle nous sommes trop nombreux à avoir connue. Que les jeunes membres de CSF, l’entendent nous sommes très heureux de les avoir parmi nous et avons à cœur de les aider.

Chantal