Dieser Artikel wurde noch nicht ins Deutsche übersetzt

QUAND CESSE LE SILENCE (Caen cesse le silence…)

Que sont les enfants devenus
Qui furent souvent malvenus
Et mal aimés ?
Le mauvais sort les a semés
Ils n’ont pas été désirés
Pas à la fête
Ce sont enfants que malheur guette
Nulle bonne fée de sa baguette
Ne les toucha.

Dans leur passé il y a des trous
A leur mémoire des écrous
Très fort serrés.
Une Mère refusant partage
D’une histoire où tout est saccage
Si lourd malheur.
Pour survivre à tous les sarcasmes
Ils ont aimé Père en phantasmes
Seul baume au coeur.

Des ans ne reste que décembre
Et souvenirs dessous la cendre
Mémoire en berne
Avec angoisse qui les cerne
Tendresse qui toujours hiberne
Sous ecchymoses
Mendiants d’amour, mendiants d’espoir
Ils ont cherché à émouvoir
Mais lèvres closes…

Que sont les enfants devenus
Qui furent souvent malvenus
Et mal aimés ?
Ils n’ont pas été désirés
Le mauvais sort les a jetés
Comme en exil
Le bonheur n’était pas prévu
Aussi n’est-il jamais venu
Et viendra-t-il ?

Ils savent si peu de leur histoire
On a grisaillé leur mémoire
Jetée aux chiens
Tant falsifié leurs souvenirs
Qu’il reste peu à retenir
Quasiment rien
Paroles volées, rares photos
Mais personne pour en dire mot
Triste Amnésie !

Que sont ces enfants devenus ?
Leurs noms ne sont pas retenus
Trop dérangeants.
Coupables sans savoir de quoi
Punis mais ignorant pourquoi
Enfants sans lustre
L’Histoire préfère les oublier
Pour célébrer d’autres sujets
Bien plus illustres.

Pourtant c’est vous, ces enfants-là
Réunis après long combat
La tête haute.
Sans vouloir le temps rattraper
Il en reste encore à goûter
Le cœur en paix.
Maîtres de votre destinée
L’Histoire vous la réécrirez

Avec Votre Encre…

RUTEBEUF a inspiré ce texte, dédié à ” CŒURS SANS FRONTIÈRES “. Odette Laplaze-Estorgues (le 25 10 2008)