Dieser Artikel wurde noch nicht ins Deutsche übersetzt

Remerciements de Jean-Jacques DELORME, Président de Cœurs Sans frontières :

Jean-Jacques Delorme

Je remercie Monsieur Grimaldi de nous accueillir dans ce haut lieu de la Mémoire.
Je remercie tous les intervenants qui ont pris sur leur temps pour venir donner à ce colloque le retentissement digne du lieu dans lequel il se déroule. Je vais les citer dans l’ordre de passage : Gisela Heidenreich, Johannes Borner, Stéphane Delogu, Gerlinda Swillen, Jean Mouchel, Karin Trappel, Clément Mutombo, Le Dr Georg Lilienthal, le pasteur Claudel, Marcel Peiffer, Monika Benndorf, Gilles Perrault, Dominique Weck-Geoffre, Emmnuel Hamon.

Emmanuel Thiébot pour sa collaboration, son érudition, son écoute, sa vigilance et son amitié. Sans cette complicité qui se renforce année après année ce colloque ne serait pas ce qu’il est. Un grand merci Emmanuel.

Je n’oublie pas dans cette longue liste les techniciens, qui du haut de leur cabine, font que cette journée se déroule dans de bonnes conditions. Merci pour votre travail.

Merci à vous tous qui êtes présents.

 

Deux poids ou deux mesures !
Le crime d’aimer.

Petit rappel en 3 dates :

  1. 25/08/1944 Paris libéré
  2. Mai 1945 France libérée fin de la guerre
  3. Procès Papon 1998

Quels traîtres ?
Ceux de Vichy, la gestapo française, la Milice ou ces femmes qui avaient commis le seul crime d’aimer.
Comment la sélection s’est faite ?

Ce n’était plus une épuration étatique sous contrôle mais des règlements de compte ! En réalité, le plus facile était de s’en prendre à ces pauvres femmes qui n’avaient pas trahi. Leur seule trahison c’est d’avoir aimé l’ennemi. Elles ne détenaient bien évidemment aucun secret d’ETAT. L’arme avec laquelle elles ont trahi c’était leur beauté et leur jeunesse.

Bien des armées (voire des guerres plus contemporaines) ont pratiqué le viol pour que les femmes ennemies portent en elles le ” fruit ” de l’envahisseur, de l’occupant. Forme d’avilissement mais aussi façon d’assurer la descendance mâle du vainqueur sur le vaincu. Plus grave réduction de la femme à un objet purement sexuel devant transmettre la vie. Lors de la SGM nos mères n’ont pas été violées, amoureuses ou consentantes elles ont fait l’amour avec l’ennemi. Pourtant, les risques étaient considérables de la part de ces amoureux. La femme était répudiée par sa famille, par la société. Le soldat allemand risquait la peine de mort ou la déportation sur le front russe (ce qui revenait au même voire pire) pour avoir eu des relations avec des non aryennes.

L’épuration c’était l’affaire de la Nation entière prise en charge par l’Etat ! Quel Etat ! Il n’y avait plus d’Etat. Cette épuration a été ciblée (essentiellement couches populaires et les femmes) qui furent pour la plupart condamnées sans un jugement digne de ce nom !

Des tribunaux illégitimes jugeaient les collaborateurs alors que ces mêmes juges, dans le cadre de leur fonction, avec l’aval de Vichy, avaient déporté des juifs, des résistants, des patriotes et des communistes.

9 000 collabos exécutés de façon sommaire. La monstruosité de cette guerre ne donnait pas le droit de reproduire les horreurs qui avaient été commises. Ce n’était plus la force de la loi mais la loi du plus fort qui avait changé de camp Ils devaient pouvoir bénéficier d’un procès légitime et légaliste. C’est à ce prix que la Nation aurait pu se régénérer. La société dans son ensemble en serait sortie grandie, car elle n’aurait pas pratiqué la politique du pire.
Elle se serait comportée en société civilisée et responsable. En opposition à l’ennemi fanatisé par une bande d’êtres innommables, responsables des pires crimes commis au XXème siècle. Au lieu de cela, ces hordes assoiffées de vengeance, rarement légitimes, se sont comportées d’une façon monstrueuse, sous l’œil bienveillant ou complice des hommes qui reprenaient les rênes du pouvoir.
Il serait malhonnête de ma part de ne pas avoir une pensée pour ceux qui ont eu un comportement remarquable, exemplaire pendant l’occupation et se sont trouvés bien démunis et honteux devant de telles scènes.

Cette pratique me renforce dans la thèse que je développe depuis quelque temps : il aurait fallu un Nuremberg à la française. C’est à ce prix et seulement à celui-là que toute la Nation aurait pu se reconstruire la tête haute. Au lieu de cela, nous vivons 64 ans après la fin du conflit, dans une société fragmentée, divisée par ses rancunes, par ses rancœurs. Il est trop facile de tenter d’expliquer que ce n’est pas dans notre culture de faire un travail de Mémoire. Il suffit de se tourner quelques années plus tard vers les horreurs qui ont été commises en Afrique du Nord pour se convaincre que nous sommes incapables d’assumer notre passé quand il n’est pas à notre avantage.

Bien sûr en AFN il n’y a pas eu de chambres à gaz ! Mais, ayant approximativement l’âge des combattants de cette guerre qui ne voulait pas dire son nom, j’ai entendu bon nombre de récits de soldats se trouvant dans des régiments et des endroits différents, dont les pratiques étaient toutes les mêmes. Combien de ces femmes ont été également violées ? Elles n’ont pas, comme nos mères, eu le choix. C’est bien souvent avec le canon d’une arme sur la tempe que cela s’est produit. Que sont devenus leurs enfants ? Comment ont-ils pu survivre et se structurer dans une société qui avait une haine sans borne du français ?

Nous avons dû attendre 60 ans pour relever la tête ?

Combien d’années leur faudra-t-il ?
Nous avons attendu 60 ans pour dire que nous étions des franco-allemands. Combien d’années leur faudra-t-il pour revendiquer leur double appartenance ?

Sans distinction, dans tous les villages, dans toutes les villes de France, des femmes ont été :

Tondues.
Condamnées et tondues.
Tondues et internées.
Tondues et exécutées
Condamnées, internées et frappées d’indignité nationale pouvant aller de 5 à 10 ans.
Jetées dans des rivières où elles se sont noyées sous les quolibets d’une foule hilare. C’est aussi cela l’épuration…

Contrairement aux hommes collabos.

Le processus d’épuration a été violent 7 000 condamnés à mort. La mort était-elle la réponse aux faits qui leur étaient reprochés ? Je trouve la méthode tellement expéditive qu’elle a bien dû arranger bon nombre des ” dirigeants ” de cette époque. Dans certains cas elle a dû être trop douce (…) Néanmoins les 7 000 méritaient-ils la mort ?

Châtiment des traîtres et des collaborateurs :

Bien sûr mais une fois de plus nos mères n’appartenaient pas à cette catégorie. Elles n’étaient pas des traîtresses. Sur ” 20 000 ” femmes tondues :

1. plus de la moitié l’ont été pour ” collaboration horizontale ”
2. 20% pour collaboration économique.
3. 11% pour collaboration politique ou militaire.
4. 9% pour dénonciation.
5. 2,5% pour avoir eu la nationalité de l’Axe.

Ce qui interpelle dans ces chiffres c’est l’addition des 58% qui ont aimé + les 20% pour collaboration économique (ce qui nous renvoie au contexte de guerre, de privations) Ce qui revient à dire que 78% de ces femmes ont subi un arbitraire mâle inhumain. A savoir que ces exactions ont été, pour l’essentiel, commises par des pseudo- résistants ou résistants de la dernière heure (voire avril 44). Il y a là un acharnement unilatéral qui a protégé tous ces opportunistes, qui avaient bien besoin de se refaire une virginité. Une autre chose m’interpelle sur la collaboration économique. Ces femmes ont payé avec leur corps la nourriture dont elles avaient besoin pour nourrir leur famille. Mais que sont devenues toutes ces personnes qui se sont livrées au marché noir et ce sont honteusement enrichies? Combien ont été condamnées ?

L’épuration n’a pas créé une France nouvelle. Car les fondations mêmes reposent sur une épuration qui n’a pas été menée à son terme et dont les acteurs les plus fragiles ont été jugés. Ce n’est pas en ayant pratiqué des exactions sur les femmes, en ayant stigmatisé les enfants issus de ces relations que la France a pu évacuer son passé. Bien au contraire elle a pratiqué le non-dit et la politique de l’autruche. Tout le monde savait mais tout le monde se taisait et se tait toujours en 2009. Seuls les plus vulnérables sont tombés.

Ce n’est pas 3 noms français de dignitaires : Seulement 3%… qui justifient le bien fondé de cette épuration, où sont les autres ? Tous les autres ?

• Maurice Papon : Il aura fallu attendre 1998 pour le condamner de ” complicité de crimes contre l’humanité ” Après la guerre il sera resté pendant toute sa carrière aux plus hautes fonctions. Préfet de police de Paris il est responsable des répressions sanglantes des 17/10/61 et 08/02/62 (métro Charonne) pendant la guerre d’Algérie. Il fut même ministre du budget (78/81) sous le gouvernement Barre pendant la présidence de Giscard.
• René Bousquet : haut fonctionnaire puis membre du gouvernement de Laval, secrétaire général de la police. Il collabora avec le SS Karl OBERG. Il organise les arrestations massives de juifs, ce qui représente 20 000, 30 000, 40 000 déportations ??? (Rafle du vel d’Hiver) Himmler après une rencontre de 5 heures avec Bousquet déclara : “être impressionné par la personnalité de celui-ci et le qualifia de collaborateur précieux dans le cadre de la collaboration policière ” Jugé en 1949 (alors que l’épuration s’essoufflait) il fut acquitté par la haute Cour de justice mais déclaré ” convaincu du crime d’indignité nationale ” En 1957 le Conseil d’Etat lui rend la légion d’honneur et fut amnistié le 17 janvier 1958.
• Paul Touvier : condamné en 1994 pour ” crimes contre l’humanité en tant que chef de la milice “. Le 13 août 1992 la chambre d’accusation fait appel et conclut à un non lieu. Après un pourvoi en cassation la Cour d’assises des Yvelines le condamne à la réclusion criminelle à perpétuité le 19/04/1994. Il meurt en prison le 17/07/1996.
• Situation qui nous oblige à faire un parallèle même grotesque entre les procès de ces hauts dignitaires et ces dizaines de milliers de femmes qui n’avaient commis aucun crime d’Etat et furent condamnées ou lapidées, tondues voire même violées par leurs propres tortionnaires et ces individus qui, au nom de la raison d’Etat, sont morts dans leur lit, couverts de décorations. La haine n’a jamais fait progresser l’humanité, néanmoins j’aurais aimé leur raconter mon origine de fils de Boche dans la société française, l’emprisonnement de ma mère, les difficultés à me structurer. Cependant je suis un enfant de l’amour ! Il n’en demeure pas moins que je reste pour bon nombre de ” français ” un fils de Boche.

Une décision des autorités allemandes en date du 19 février 2009 fera ou ne fera pas de moi un franco-allemand. Je salue leur courage d’avoir donné accès à certains d’entre nous à ce statut et je compte avec l’association continuer le combat pour que tous les enfants de tous les pays occupés puissent en bénéficier.

Je conclus sur une citation du ” Petit Larousse ”
• Action d’épurer, de purifier. Action d’éliminer d’une administration, d’un parti, d’un corps social les personnes dont la conduite est jugée répréhensible, condamnable ou indigne. A la fin de la SGM action de répression soit légale (tribunaux) soit sommaire (exécutions) contre les collaborateurs.

 


 

Présentation des intervenants

Gisela HEIDENREICH :

J’ai, avec son accord, obtenu de Gisela que l’édition de ce colloque 2009 soit placée sous son parrainage.

Ton intervention en 2008 avait frappé l’esprit des auditeurs de par la force de ton témoignage d’enfant née dans un Lebensborn ainsi que par la force de l’analyse de la psychologue. Ta pudeur de dire, de développer d’où tu viens, d’où nous venons tu le fais avec retenue mais sans concession. Le mutisme de la salle, lors de ton intervention pour mieux recevoir quasiment religieusement, mieux entendre, nous a profondément bouleversés. Gisela je peux te dire qu’avec toi nous ne sommes pas seuls ! Ton combat continu notre combat continue, nous avons la volonté de lui donner un autre souffle. Pour ce faire nous sommes co-fondateurs avec d’autres pays européens d’un Réseau pour mieux se faire entendre. Ta place est parmi nous, ta place est dans ce Réseau européen que nous construisons pierre après pierre. Puis n’es-tu pas quelque part une Normande ? Ta place est aussi parmi nous dans ce bocage normand.

C’est non seulement l’enfant d’un Lebensborn que j’accueille mais aussi la psychologue, l’écrivain mais par-dessus tout mon amie, l’amie de CSF.

Au centre : Gisela HEINDENREICH – à droite Dr Georg LILIENTHAL

Dr Georg LILIENTHAL :

Les Lebensborn

Je suis très honoré que le Dr Georg Lilienthal est répondu favorablement à mon invitation à deux titres :

  1. Il est l’historien de référence des Lebensborn. En 2007 j’ai eu la prétention de vouloir vulgariser ce sujet qui est une des monstruosités d’Himmler J’ai commencé avec l’association de Lamorlaye qui s’est constituée autour du seul établissement de ce type en France et dont l’existence aura été de courte durée, inauguration en avril 1944, débarquement 6 juin de la même année. J’en profite pour préciser qu’il n’y a eu qu’un seul Lebensborn sur le sol « dit » français. Certains en revendiquent un second à Colmar il s’agit d’une erreur historique, Colmar étant en Alsace, l’Alsace étant annexée par Hitler nous étions non plus sur le sol dit français mais allemand. En 2008 j’ai invité 2 « enfants » nés dans des Lebensborn : Gisela Heidenreich qui a développé son témoignage mis en perspective avec le regard de la psychologue et Volker Röder qui nous a délivré un témoignage bouleversant. Cette année il me semblait indispensable que ce fait historique soit remis en perspective par un historien pour compléter les travaux des années précédentes.
  2. Le Dr Lilienthal est également le Directeur du Mémorial Hadamar dans le Land de Hesse. Le Mémorial est dédié aux victimes des crimes d’euthanasie sous le régime nazi, pendant la période de 1939 à 1945. Pendant cette période environ 200 000 personnes vivant en Allemagne ont été les victimes des crimes d’euthanasie des nazis.

En 1983 les premières salles d’exposition furent ouvertes au public. 1998 création d’une association « Mémorial Hadamar » Le Dr Lilienthal dirige le Mémorial, mais ne dirige pas l’association dont il fait cependant partie.

Johannes BORNER :

Endoctrinement de la jeunesse allemande.

C’est avec une grande émotion que je passe la parole à ce Monsieur qui aurait pu être un de nos pères que nous recherchons avec acharnement.

Je salue en vous votre courage, votre honnêteté intellectuelle et morale, de venir témoigner sur un passé qui aura conditionné votre existence. Votre témoignage est pour nous capital. Vous représentez l’autre moitié de nous-mêmes c’est la raison qui m’a poussé à vous demander de bien vouloir venir nous rejoindre aujourd’hui pour témoigner sur un passé qui aura marqué votre adolescence, votre vie. Qui aura très certainement conditionné et bousculé bon nombre de vos actions futures. C’est tout à votre honneur d’avoir accepté cette invitation. Je suis persuadé qu’elle n’a pas dû être facile à prendre cette décision, sachez que nous serons suspendus à vos lèvres car même les rares cas d’enfants de la guerre (3 à Cœurs sans Frontières) qui auront retrouvé leur géniteur n’ont pas pu ou su aborder cette période. Néanmoins combien de questions resteront à tout jamais sans réponse dans nos intellects ? Votre témoignage est d’autant plus précieux qu’il nous apportera des débuts de réponses. Grâce à votre volonté nous pourrons continuer de cheminer sur ce qui devrait devenir le commencement ou la continuation de cette indispensable résilience.

Vous avez avec Gisela 2 points communs, allemand d’origine vous êtes aujourd’hui devenu un « bas normand » et nous sommes fiers de vous accueillir dans ce haut lieu de la Mémoire.

Stéphane DELOGU

« 1933, l’enfant otage politique et militaire du nazisme »

Vous n’êtes pas en titre un historien, néanmoins les 2 fois où j’ai eu le plaisir de vous rencontrer j’ai été frappé par votre passion. Vous êtes un vrai passionné, mais que vaudrait cette passion sans votre connaissance approfondie de cette Seconde Guerre Mondiale? Nous avons abordé bon nombre de sujets concernant cette période, que ce soit politique, militaire. Que ce soit les noms des différents belligérants vous aviez une réponse, la réponse. Je me souviens même vous avoir dit en guise de boutade : « vous êtes une véritable encyclopédie vivante » !

Votre passion, vos connaissances vous avez eu la volonté de vouloir la faire partager aux autres et c’est tout à votre honneur. C’est grâce à votre forum :

« Le monde en guerre » que nous avons pu établir le contact et vous rencontrer. Vous auriez pu vous contenter de l’animation et de l’alimentation de ce forum qui prend déjà beaucoup de temps. Vous avez décidé d’étendre votre diffusion en créant une publication : « Histomag 44 » et rédacteur historique pour le magazine « Seconde Guerre Mondiale »

Votre forum nous aide beaucoup à résoudre des énigmes qui nous semblent indécodables. Vos réponses nous aident à progresser dans nos recherches et pour tout cela je vous en remercie.

Je tenais particulièrement à faire bénéficier le public de vos connaissances mais aussi à lui donner les références citées ci-dessus qui pourront sans nulle doute les enrichir, voire les aider dans leurs propres recherches.

Gerlinda SWILLEN :

La Belgique libère ses enfants de guerre.

Gerlinda est professeur honoraire de l’enseignement de la communauté flamande. Chercheur à l’université libre de Bruxelles qui est totalement indépendante depuis 1968 et a donc son propre nom en néerlandais, correspondant au centre d’Etudes et de Documentation Guerre et sociétés Contemporaines (CEGES).

Nous routes se sont croisées de façon inattendue par un échange épistolaire. Puis concrètement le 30/10/2009 à Berlin.

Gerlinda se consacre à la création d’une association belge des enfants de la Seconde Guerre Mondiale.

A Berlin elle a rejoint notre Réseau européen dont elle a été élue représentante à différents titres :

  1. En qualité d’enfant de la guerre.
  2. De par sa formation de professeur honoraire.
  3. Elle parle et écrit 4 langues : allemand, français, anglais et italien.
  4. Elle habite Bruxelles et son implantation géographique nous facilitera l’ouverture de portes du Parlement.
  5. Je lui demande de se boucher les oreilles : « mais aussi pour son charme ».

Je suis persuadé que nous avons fait le bon choix tant sur le fond que sur la forme de la fonction qu’elle va devoir occuper.

Je suis ravi de collaborer avec elle au niveau européen, nous avons déjà testé notre niveau de complicité qui semble prêt à affronter les difficultés que nous trouverons sur notre route.

Elle est l’auteur d’un livre, nous devrons attendre sa traduction en français pour y avoir accès. La connaissant un peu je sais qu’elle va rapidement obtenir l’aval de son éditeur pour que la traduction soit faite dans des délais raisonnables.

Je la remercie de nous avoir rejoint entre deux trains car elle devra nous quitter rapidement Bruxelles l’attend.

De gauche à droite :

Monika BENDORF – Jean-Jacques DELORME – Gerlinda SWILLEN

Monika BENNDORF :

Une hollandaise obtient le nom de son père allemand

Monika est née 1944 de père allemand aux Pays-Bas et de mère hollandaise. Elle a fait des études universitaires à Utrecht. Elle a réussi à obtenir le nom de famille de son père, ayant appris à 49 ans que celui-ci l’avait reconnue à sa naissance.

Elle habite à Zutphen et collabore au musée de la libération de Groesbeek, petit pendant du Mémorial de Caen. Elle collabore aussi avec le (NIOD) institution à Amsterdam qui étudie la SGM.

Jean MOUCHEL :

De l’occupation à l’épuration, comment l’histoire devient fiction.

C’est avec passion que j’ai dévoré les deux livres de M. Jean Mouchel. Hélène « l’héroïne » est tellement crédible, l’histoire est tellement bien narrée, tellement bien décrite, écrite que nous n’évoluons pas dans un monde virtuel. Nous sommes plongés dans cette réalité un peu trop réel pour nous qui l’avons vécu de l’intérieur. Plus j’avançais dans cette lecture passionnante et plus j’étais persuadé que Nicolas (fils d’Hélène) était Jean Mouchel. Dans le pire des cas je me disais que s’il ne l’était pas il avait vécu cette histoire de tellement près qu’il s’en était inspiré. C’est en lui téléphonant que je découvris que c’était totalement faux, il s’agissait bien d’une fiction. La mère Hélène n’était pas sa mère et Nicolas ce n’était pas lui. Une fiction qui ne bascule jamais dans le mélo, le ton est juste, les personnages sont tous crédibles. Le décor, la vie dans ce bocage normand (région de Valognes) j’étais plongé dedans vivant à quelques dizaines de kilomètres de là dans un petit village à proximité de saint LÔ.

Enfants de la Seconde Guerre Mondiale ou pas je vous invite à lire « La robe bleue d’Hélène » puis « le fils d’Hélène » M. Mouchel n’avait pas du tout l’intention d’écrire une suite à la robe bleue, les lecteurs ont tellement aimé, tellement apprécié qu’il a dû reprendre sa plume pour écrire la suite.

Je vous remercie d’avoir à ce point décrit une période et ses acteurs avec autant de fidélité, voire d’affection. Oui vous avez aimé des êtres qui n’existaient que dans votre imaginaire. L’éducation nationale serait bien inspirée de prendre en référence de tels romans pour, non seulement faire des études de textes, mais aborder cette période si douloureuse pour beaucoup des acteurs de l’époque. Les élèves se cultiveraient tout en découvrant une guerre si proche de nous dans le temps et si méconnue des élèves qui passent leur BAC.

Karin TRAPPEL :

Etre née de mère autrichienne

et

d’un goumier marocain sous l’occupation française en Autriche.

Les parties occupées par la France à partir de 1945 sont le Vorarlberg et le Tyrol.

Je prends la liberté de présenter son témoignage en faisant un parallèle avec nos propres sorts en France vous constaterez très rapidement (hormis le phénomène raciale) que nos sorts sont liés à plusieurs niveaux :

Ø Née en 1946 elle a été élevée par sa grand-mère.

Ø Sa mère avait 18 ans.

Ø Le père était l’occupant, par définition l’ennemi !

Ø Comme beaucoup d’entre nous elle s’est structurée en ayant comme référents ses grands parents et non ses géniteurs.

Ø De surcroît d’origine marocaine de par le géniteur, sa vie d’enfant en fut profondément chamboulée son entourage ne se privant pas de lui faire remarquer ou de se moquer de cette peau qui était autre, donc suspecte (…)

Ø Mariage de la mère, beau-père jaloux avec toutes les conséquences que cela engendre.

Ø Elle subit le « parianisme » de la famille mais aussi de la société car « enfant historique ». Nous reviendrons sur ce terme et cette définition pour l’intervention de M. Mutombo.

Ø Vivant en paria de par sa naissance elle avait un « handicap » supplémentaire. Ce que nous appelons aujourd’hui le délit de faciès. Faciès « typé » dans une société de souche blanche. Ce qui fit d’elle, d’eux des parias à 2 niveaux :

  1. Enfant de l’ennemi.
  2. Enfant de couleur.

Contrairement à nous « enfants de l’occupant allemand » ces parias furent pour un certain nombre le produit de viols. Nous atteignons là un degré insupportable. Furent-ils dénoncés, enregistrés auprès des autorités militaires françaises ? La loi du silence de ces femmes violées fut-elle la plus forte ? Honteuses comme le sont encore certaines victimes qui préfèrent se taire plutôt que de dénoncer leurs agresseurs.

Cette période de l’occupation française en Autriche est mal connue, voire inconnue de la population française. Un nombre très important de « tirailleurs marocains » y stationna. Une chose m’interpelle et me trouble c’est cette connotation raciale. Ces hommes, ces français/marocains se battaient pour l’armée française. Comme si, même dans l’armée qui veut planifier toute hiérarchie sociale, religieuse ou d’appartenance, la hiérarchie raciale était une référence entre le français de souche (blanche) et ceux qui venaient de ses colonies.

Je rends hommage à ces hommes qui ont dû quitter cette douce Autriche pour aller se faire tuer (pour la plupart) au nom de la France en Indochine.

Clément MUTOMBO :

A gauche Clément MUTOMBO

A la recherche du père, l’état des lieux en Autriche

  1. Qui est ton père ? La réponse est dans la question !
  2. Je cite M. Mutombo : beaucoup nous ont catalogué « d’enfants de la honte » « d’enfants de la guerre » « d’enfants maudits » voire en ce qui nous concerne nous enfants de mères françaises et de pères allemands « d’enfants de Boches ». Je partage avec lui le rejet de ces différentes terminologies. M. Mutombo a trouvé, ce que nous recherchions nous enfants de la SGM, une définition qui peut nous réunir sans provoquer une réaction épidermique de nos concitoyens, comme l’est la définition «enfants de Boches ». Il résume très bien en quelques mots notre origine : « des enfants historiques »
  3. Dans son ouvrage un autre mot a retenu particulièrement mon attention. Il y a très peu de différence entre ces enfants nés de l’occupation française en Autriche de père français et de mères autrichiennes. Nos vies sont symétriques. Ce second mot dont je n’ai jamais pris la juste dimension est « PARIA » nos vies prennent forme en une formule « enfants historiques » et les rejets des sociétés en un seul mot : « Parias » L’envie est très forte pour moi de faire ce raccourci nous sommes des : « Parias historiques » La définition de paria est : hors caste, exclus de la société, homme dédaigné, repoussé par les autres hommes. Car nous avions en nous le sang de l’ennemi héréditaire, nous étions la représentativité de la haine. Ennemis du peuple auquel nous étions supposés appartenir nous ne générions que mépris sans avoir les clefs qui nous permettaient d’en prendre la juste dimension.
  4. La situation était encore beaucoup plus complexe, plus raciale pour ces enfants nés de pères français, mais Tirailleurs marocains. Ces soldats combattaient sous le drapeau français, pour des français, comme des français, mais marginalisés par cette connotation raciale « marocains » Le sang qui coulait de leurs veines pour la patrie française restait bien teinté d’une hiérarchie raciale, voire raciste. Leur sort fut tragique, à savoir que ces combattants sont allés, après la verte et douce Autriche, pour la plupart donner leur vie pour la France en Indochine.
  5. Clément Mutombo est originaire de La République Démocratique du Congo où il a fait une licence en démographie avant de venir étudier la sociologie à l’université de Vienne (maîtrise et doctorat avec mention). Il envisage de passer son habilitation en France pour diriger des recherches.
  6. Clément Mutombo est sociologue universitaire de Vienne. Il a consacré ses travaux aux couples « dominos ». Sa Discipline l’a amené à s’intéresser à ces « enfants historiques » qui avaient dans leurs veines un sang mêlé…
  7. M. Mutombo vient de recevoir des mains de l’ambassadeur de France à Vienne en date du 13 novembre 2009 la « médaille de bronze pour les services rendus à l’association »

Marcel PEIFFER :

Jean-Paul Bailliard aurait dû être parmi nous, son âge, son état de santé ne l’ont pas autorisé à faire le voyage Strasbourg Caen aller retour. Il regrettait sincèrement de ne pas être avec nous comprenant l’intérêt du message que je voulais faire transmettre par des contemporains de cette période très douloureuse pour eux. Il m’a mis en rapport avec M. Marcel Peiffer que je remercie de s’être déplacé alors que ce n’était pas très simple pour lui non plus !

Une jeunesse déchirée.

Le terme « malgré-nous » apparaît déjà en 1920 après la Première Guerre mondiale, lorsque d’anciens combattants alsaciens et mosellans de la Grande guerre employèrent cette formule, malgré eux, dans l’armée allemande contre la France.

Quand fut signé l’armistice du 22 juin 1940 le cas de l’Alsace-Lorraine n’était pas évoqué. Ce territoire restait donc juridiquement français, bien qu’il fît partie de la zone militairement occupée par l’Allemagne. Le régime nazi l’annexa de fait en juillet suivant sans en faire la proclamation officielle le gouvernement de Vichy se borna à des protestations secrètes.

Le Gauleiter (chef régional du parti nazi) Robert Wagner, conclut — non sans cynisme — que les jeunes hésitaient à entrer dans l’armée allemande « par peur de leur famille » et qu’ils seraient heureux de s’y voir forcés. Au printemps 1942, à Vinnitsa, il persuada Adolf Hitler, au début fort réticent, d’introduire le service militaire obligatoire en Alsace-Lorraine, ce qui fut fait officiellement le 25 août 1942.

Le service militaire, en temps de guerre, équivalait à être enrôlé et à participer aux combats. La plupart des malgré-nous furent affectés dans la Wehrmacht mais de nombreuses classes furent versées d’autorité dans la Waffen-SS. Au final, 100 000 Alsaciens et 30 000 Mosellans se retrouvèrent principalement sur le front de l’Est, à combattre l’armée de Joseph Staline. Nombre d’entre eux ont cependant vécu les combats en Normandie.

Beaucoup de jeunes gens avaient moins de dix-huit, voire dix-sept ans. Parmi ceux qui ont pu déserter ou se faire faire prisonniers des Alliés occidentaux, un grand nombre se sont enrôlés dans les FFI ou dans l’Armée française de la Libération.

Gilles PERRAULT :

De gauche à droite : Gilles PERRAULT – Jean-Jacques DELORME

La guerre perturbatrice des enfants

Monsieur Perrault parrain/modérateur de la première édition 2007, invité à l’édition 2008 n’a pas pu partager cette journée avec nous pour des raisons personnelles. Je me souviens encore très bien, après en avoir fait l’annonce aux participants, de la réaction unanime du public, puis des murmures. A la pause je fus submergé de questions. Malheureux de votre absence, j’étais heureux de l’engouement que vous suscitiez parmi nos auditeurs et c’est avec une grande joie que je vous accueille pour cette édition 2009. Je ne veux pas trop parler de l’homme car à travers nos entretiens j’ai découvert un homme modeste et je respecte avant tout votre réserve. C’est pourquoi j’ai décidé de m’attarder un peu plus sur votre œuvre.

Vous avez écrit si je ne m’abuse 31 livres de 1961 à 2008. Celui qui a été déterminant pour la suite de votre carrière d’écrivain et pour le grand public a été sans nulle doute « le Pull-over rouge en 1978 » Vous avez refait toute l’enquête et avec votre talent d’avocat, la plaidoirie. J’avoue publiquement que la scène que vous décrivez sur l’exécution de Christain Ranucci m’a laissé dans un état indescriptible. C’est depuis la lecture de cette scène que je suis devenu un militant de l’abolition de la peine de mort.

Un autre livre a marqué les esprits c’est en 1968 « l’orchestre rouge » pour preuve j’ai tenté de me le procurer en 2007 il était en rupture de stock et je n’ai pu me le procurer que d’occasion (c’est vraiment de l’occasion à un prix supérieur à l’édition originale)

Le dernier 2008 « Checkpoint Charlie », paru chez Fayard est aussi passionnant. Je trouve très réducteur de retenir trois ouvrages sur une bibliographie qui en comporte 31 et je vous prie de bien vouloir m’en excuser.

Quand je vous ai contacté pour la première fois en 2007 votre première réaction a été de me dire : « mais que viendrai-je faire dans ce colloque je ne suis pas historien ! » Non vous ne l’êtes pas. Vous ne pourrez m’empêcher de dire que vous êtes un passionné d’histoire, pour preuve une grande partie de vos ouvrages ont en lien direct avec la guerre, les guerres. J’ose m’exprimer ainsi : Si je devais faire une sélection de vos ouvrages à l’arrivée il n’y aurait que 2 piles :

  1. Une consacrée à l’histoire
  2. Une seconde consacrée à des faits de société.

Ce n’est pas pour ces deux piles que vous êtes parmi nous, mais pour l’ensemble de votre œuvre et permettez-moi de vous dire publiquement que je vous porte une profonde et sincère admiration tant à l’écrivain, qu’à l’homme qui a su mener des combats pour la dignité et le respect de l’humanité.

Dominique WECK-GEOFFRE :

Née d’un couple franco-allemand après la SGM.

Dominique m’a spontanément proposé de vous lire un texte dont elle est la rédactrice. Ce texte est une nouvelle très courte, très structurée dont le titre est : « Ich liebe dich »

Histoire d’une jeune fille simple qui partage sa vie entre le commerce de son père et la vie de ses parents. Jusqu’au 15 août fête patronale du village où il y a un bal. Un bal somme toute banal mais comme tous les bals la proximité réserve des surprises…

Je trouvais que c’était une belle façon de clôturer cette journée de travaux avant la conclusion de Gisela qui sera le point final de l’édition de la journée du 28 novembre 2009. Fin de la journée ne veut pas dire que nous refermons les portes de l’amphithéâtre jusqu’à l’édition 2010. Nous, nous retrouverons après dîner pour la projection du documentaire « l’épuration française » d’Emmanuel Hamon, en sa présence à 20 h 45 S’en suivra un débat avec le réalisateur qui je ne doute va susciter des échanges très intéressants entre lui et vous. Ce documentaire m’a apporté bon nombre de réponses et a soulevé après sa projection bon nombre d’interrogations, voire de révoltes. Le documentaire est très bien fait, si bien fait que l’on ne peut le visionner en restant passif.

Emmanuel HAMON :

Une épuration française

« Un pays qui manque son épuration, manque sa rénovation » Albert camus.

Pourquoi a-t-on jugé dans les années 90 des crimes commis pendant la SGM ?

Pourquoi Touvier, Papon, Bousquet n’ont-ils pas été condamnés au cours de la première épuration au sortir de la le SGM ?

Ainsi commence notre documentaire qui souhaite revenir sur ce qu’a été l’épuration pour en comprendre les enjeux et les limites mais aussi le fonctionnement à travers des procès emblématiques.

Images d’archives et témoignages de grands historiens tels que Robert Paxton, Henri Rousso, Anne Simonin, Fabrice Virgili, Olivier Wieviorka et Alice kaplan nous replongent dans cette période tourmentée de l’histoire française.

Voici ce que dit Emmanuel de son documentaire :

C’est cette histoire qui n’en finit pas, cette mémoire qui n’est pas rassasiée que je voulais raconter dans ce film. En plein cœur d’une épuration française, l’idée de mon prochain film m’est apparue à : Maurice Papon ou la trajectoire d’un haut fonctionnaire qui a servi l’Etat sans interruption sous quatre régimes différents de 1930 à 1981.

Une autre manière de traverser à nouveau l’histoire de notre pays de 1930 à nos jours, manière aussi comme me l’a récemment fait remarquer un historien de continuer à parler avec les morts.

 



L’organisation « LEBENSBORN » de la SS

(Cœurs sans Frontières, CAEN 28.11.2009)
Georg LILIENTHAL

 

L’organisation « Lebensborn » ou plus exactement l’ « Association enregistrée Lebensborn » ne fut ni un centre de procréation dirigée ou bien un « haras humain » ni une institution caritative, même si un tribunal militaire américain l’a affirmé après la guerre, la disculpant ainsi de toute responsabilité dans les crimes nazis. Cependant, en tant qu’association SS, elle servit par sa spécificité la politique raciale et de peuplement national-socialiste.

L’organisation « Lebensborn » était une émanation de l’idéologie raciale national-socialiste : les races « inférieures » devaient être combattues et exterminées (Holocaust) et les races « supérieures » (par là, il s’agissait avant tout du peuple allemand) devaient prospérer. La promotion des races « supérieures » consistait à changer les conditions politiques et sociales de telle manière qu’elles puissent mettre au monde le plus grand nombre possible d’enfants. C’est pourquoi il importait peu à Hitler que les enfants soient légitimes ou illégitimes.

La création

Lorsque le Reichsführer-SS Heinrich Himmler devint en 1935 le premier policier du Reich allemand, il estima qu’environ 700.000 avortements avaient lieu annuellement. A cette époque, les femmes qui tombaient enceintes sans être mariées étaient socialement exclues. Elles étaient chassées de leurs familles, perdaient leur emploi. Beaucoup tentaient de résoudre ce conflit par des interruptions volontaires de grossesse illégales. C’est ici qu’intervint Himmler. Pour lui, les 700.000 avortements étaient 700.000 enfants perdus. Réflexion faite, Himmler se dit alors que si personne n’apprenait que les femmes étaient enceintes, les avortements n’avaient plus de raison d’être. En conséquence, il voulut lutter contre les avortements non seulement en sanctionnant les mères, mais aussi en cachant les grossesses et les naissances.

Afin de réaliser cette idée, Himmler créa en 1935 l’organisation « Lebensborn ». D’après ses statuts, la mission principale de l’organisation était de « prendre en charge les parturientes racialement et génétiquement supérieures » et leurs enfants. Le médecin-chef du Lebensborn, l’Oberführer-SS Docteur Gregor Ebner, fit en 1938 la constatation suivante : une jeunesse de qualité sortira du Lebensborn, une jeunesse « ayant une grande valeur physique et spirituelle et constituant la noblesse de l’avenir ». Le « Lebensborn », poursuivit-il, protège la mère célibataire et son enfant des attaques de la société « purement et simplement en raison du fait que nous autres Allemands ne pouvons pas nous permettre de renoncer à la moindre goutte de sang pur. »

 

Les maternités et les foyers pour enfants

Pour être tout à fait clair : le « Lebensborn », pour des raisons d’idéologie raciale, devait soutenir les femmes enceintes. A cet effet, il créa des maternités. Le premier foyer de cette sorte fut ouvert en 1936 à Steinhöring près de Munich. A la fin de la guerre, l’organisation possédait à l’intérieur du Reich allemand (Autriche incluse) 9 maternités et 2 foyers pour enfants dans lesquels 7000 à 8000 enfants – dont 50% à 60% étaient illégitimes – vinrent au monde.

La confidentialité

Le caractère de confidentialité exigé par Himmler en ce qui concerne les grossesses et les naissances ne pouvait être garanti qu’en contournant ou en faisant abstraction du droit en vigueur. Les propres états-civils des foyers empêchèrent ainsi que l’état-civil du lieu de naissance de la mère soit informé de la naissance d’un enfant illégitime comme cela était exigé par la loi. Afin de se soustraire à la déclaration domiciliaire obligatoire, l’organisation mit en place dans les foyers ses propres bureaux de déclaration domiciliaire et fournit aux futures mères des adresses de couverture afin qu’elles n’aient pas à déclarer à leur administration d’origine le foyer du « Lebensborn » comme nouveau lieu de résidence.

La prise en charge

Après la naissance des enfants le « Lebensborn » se chargeait de leur tutelle qui, pour les enfants illégitimes, était prescrite par la loi. Du fait que le « Lebensborn » voyait un intérêt à ce que les mères élèvent leurs enfants, il les aidait à trouver un logement et du travail. C’est seulement lorsque, pour des facteurs extérieurs, comme la guerre, la vie commune de la mère et de l’enfant n’était pas possible que l’organisation accueillait les enfants pour une période bien déterminée dans ses propres foyers ou bien les confiait aux soins de familles.

Les adoptions n’étaient prévues que pour les cas exceptionnels et devaient obtenir à chaque fois l’accord de Himmler. A la fin de la guerre, seulement 100 enfants au total avaient été adoptés. En raison de ces dispositions à caractère social, une grande partie des femmes a conservé en mémoire l’organisation « Lebensborn » comme une institution caritative.

L’extension des « Lebensborn » après le début de la guerre

L’organisation « Lebensborn » s’est étendue au-delà des frontières du Reich lorsque les troupes allemandes ont occupé l’Ouest et le Nord de l’Europe.

La Norvège

Les partisans nationaux-socialistes de la race plaçaient la valeur raciale de la population norvégienne à un niveau particulièrement élevé. Ils considéraient les Norvégiens comme un « peuple germanique frère ». C’est pour cette raison que le « Lebensborn » prit très rapidement en charge les quelque 12.000 enfants, la plupart illégitimes, nés de mères norvégiennes et de pères allemands. A partir de 1941, le « Lebensborn » créa dans ce pays au total 10 maternités et foyers. Environ 250 de ces enfants furent transférés en Allemagne sans l’accord de leurs mères pour y être adoptés.

De plus, l’organisation ouvrit une maternité en Belgique et une en France ainsi qu’un foyer pour enfants au Luxembourg.

En Octobre 1943, la SS estima que dans la France occupée 85.000 enfants étaient nés de mères françaises et de pères allemands. Pour cette raison, le « Lebensborn » ouvrit une maternité à Lamorlaye, près de Chantilly, le 06.02.1944. A cause de la situation sur le front elle fut fermée dès le 10.08.1944. D’après les recherches de Boris Thiolay parues dans l’Express de mai/juin 2009, 21 enfants au maximum naquirent pendant cette période.

La germanisation des « enfants de peuples étrangers »

A partir de 1942, le « Lebensborn » participa également à la germanisation de 350 enfants, âgés de quelques mois à 17 ans, qui, à la suite de tests de sélection raciale conduits par les SS, avaient été transférés de l’ancienne Yougoslavie (Croatie, Slovénie), de Pologne ou de l’ancienne Tchécoslovaquie en Allemagne contre la volonté ou bien à l’insu de leurs parents ou de leurs responsables légaux. Le « Lebensborn » leur donna des noms allemands, les éduqua à l’allemande dans ses foyers ou bien les confia à des familles d’accueil allemandes en vue d’une adoption ultérieure.

La sélection raciale

Tout comme l’ensemble de la SS, l’organisation « Lebensborn », en particulier, était tenue à l’esprit de la sélection.

L’accueil

Les parturientes étaient accueillies dans les foyers seulement si elles remplissaient les conditions raciales génétiques requises par la SS. C’est ainsi qu’elles devaient mesurer au moins 1,70 m. Les types raciaux « ostique » et « westique » étaient refusés, alors que les blondes aux yeux bleus étaient préférées. Les femmes devaient prouver leur qualité raciale et médicale d’une part, grâce à un arbre généalogique des parents et des grands-parents ou même encore mieux des ancêtres jusqu’à 1800 – comme cela était exigé dans la SS – et d’autre part par des questionnaires spéciaux (Questionnaire de la mère d’un enfant illégitime dit « KM » et « Certificat de santé ») qui devaient être remplis par un médecin. Des documents similaires étaient également exigés du père du futur enfant.

Le questionnaire « Reichsführer »

L’admission dans un foyer du « Lebensborn » ne signifiait cependant pas encore un jugement racial définitif concernant la mère. Pendant le séjour dans le foyer, le médecin-chef ainsi que l’infirmière-chef remplissaient un autre questionnaire qui était uniquement destiné à Himmler. Ces questionnaires « Reichsführer » étaient très secrets et élaborés à l’insu des mères. Dans ces questionnaires, outre des informations personnelles, figuraient l’ « apparence raciale » de la mère ainsi que son comportement dans le foyer et vis-à-vis de l’enfant. En dernier lieu, il était demandé si elle correspondait de manière « raciale », « idéologique » et « par son caractère » à la sélection de la SS et s’il était souhaitable qu’elle ait encore d’autres enfants « dans l’esprit du principe de la sélection de la SS ».

L’attribution du prénom

Les mères étaient également obligées de soumettre leurs enfants à une cérémonie SS « d’attribution du prénom » à la place du baptême. Au cours de celle-ci ils étaient formellement accueillis au sein de la « communauté familiale de la SS ».

L’«euthanasie »

Cependant, ce qui ne devait pas arriver en raison de la sélection raciale arrivait parfois : des enfants naissaient avec des malformations, par exemple avec des pieds bots ou bien avec un bec-de-lièvre. Qu’advint-il d’eux ? Ils furent retirés du foyer et le « Lebensborn » refusa la prise en charge de leur tutelle.

Je connais jusqu’à ce jour quatre cas de tels enfants handicapés. Ils furent transférés du « Lebensborn » dans des institutions spéciales de soins dans lesquelles les enfants étaient tués après une certaine période d’observation. Trois de ces enfants handicapés nés dans le « Lebensborn » furent assassinés dans ces institutions.

L’échec d’une utopie

Himmler avait rêvé que le Reich allemand, après 30 ans, avec l’aide du « Lebensborn » aurait pu disposer de 400.000 soldats supplémentaires. Cependant, après neuf ans d’existence du « Lebensborn » le bilan était tout autre : Si nous partons des quelque 8.000 naissances au sein des « Lebensborn » entre 1936 et 1945 dans le Reich allemand, dont environ 60% furent illégitimes, nous aboutissons au mieux à un plus de 4.800 naissances ; un résultat bien maigre. L’utopie de Himmler avait pitoyablement échoué.

Conclusion

Que sont devenus les enfants dont les destins se cachent derrière ces chiffres ? La plupart des enfants restèrent plusieurs mois, parfois pendant un voire deux ans dans le « Lebensborn ». Une partie d’entre eux fut ballotée d’un foyer à un autre, de familles d’accueil en familles d’accueil jusqu’à ce qu’ils soient, pour la plupart seulement à la fin de la guerre, adoptés définitivement par des couples sans enfant. Les autres enfants furent récupérés par leurs mères après une période de séparation plus ou moins longue lorsque leur situation personnelle se fut stabilisée.

A quelques exceptions près, tous les enfants du « Lebensborn » ont en commun que leurs mères et parents adoptifs leur dissimulèrent leur origine.

Leurs mères gardaient le silence ou bien accumulaient les mensonges lorsque les enfants en grandissant posaient des questions sur leurs pères inconnus ou sur leur enfance. Les enfants ont ressenti toute leur vie que leurs mères avaient des secrets qu’elles ne voulaient pas leur confier. Dans ces conditions, il leur était impossible de développer une relation de confiance stable et affective avec leurs mères ou leurs parents adoptifs. De ce fait, leur estime de soi en a été amoindrie. Simultanément, comme ils ne connaissaient pas leurs pères géniteurs il leur manquait une partie de leur identité.

Les enfants du « Lebensborn » sont marqués pour ne pas dire traumatisés par ces expériences. C’est pourquoi ils ont été paralysés pendant des années de leurs vies à l’idée de rechercher leur origine.

Ce n’est que petit à petit qu’ils sont parvenus pour la plupart à reconstruire leur enfance en procédant à des recherches difficiles et douloureuses pour retrouver leurs pères géniteurs. Et à trouver finalement leurs racines familiales. Un nombre inconnu d’enfants du « Lebensborn » sont encore aujourd’hui à la recherche de leur enfance perdue. Surtout les enfants originaires de pays occupés qui furent transférés en Allemagne et qui ignorent tout de leurs mères et de leurs pères.

Il n’en va pas autrement pour les « enfants de la guerre » ici en France.

Au vu des faits historiques il n’est pas justifié de parler du « Lebensborn » comme d’un centre de procréation dirigée, d’un « haras humain » ou même encore d’un « bordel ». Le respect que l’on doit au destin de ces enfants innocents qui furent utilisés pour les besoins de la politique raciale et démographique national-socialiste nous l’interdit.

 


 

La recherche du père – Etat des lieux en Autriche

Monsieur Le Président, chers collègues, Mesdames et Messieurs, Je vous remercie de nous avoir invités au Mémorial de Caen, la petite délégation autrichienne se compose de deux « enfants de la guerre », Mesdames Karin Trappel et Margot Xander, d’un journaliste du Figaro, Monsieur Maurin Picard et de moi-même.

Le problème majeur des “enfants historiques” autrichiens – c’est comme ça que j’appelle les “enfants de la guerre” en Autriche, car ils sont nés pour la majorité d’entre-eux en même temps que la République d’Autriche (1946) dont ils portent une partie de l’histoire – leur problème est, comme partout ailleurs, la recherche du père inconnu. Je trouve ici une collusion de l’histoire individuelle et de l’histoire nationale par le biais du père.

Dans cet exposé, je distingue trois niveaux:

1) La recherche universitaire
2) La recherche journalistique
3) La recherche personnelle

1) Pour ce qui est des recherches universitaires sur ce sujet, trois centres universitaires méritent d’être mentionnées: Innsbruck, Salzbourg et Vienne. Innsbruck avec les travaux du professeur Klaus Eisterer de l’Université de la même ville, Salzbourg avec les recherches du professeur Ingrid Bauer à Salzbourg. Ces deux professeurs sont tous les deux historiens. Enfin celui de Vienne avec ma modeste contribution sur la province du Vorarlberg.

Les travaux du professeur Eisterer mentionnent certes la naissance, l’existence et le nombre estimé des « enfants franco-autrichiens », mais ils laissent de côté le problème de leur crise identitaire. Il faut dire que ses recherches analysent plus le contexte général de l’intervention française dans la libération de l’Autriche. En effet, contrairement à la présence allemande en France, les troupes alliées sont venues libérer et non occuper l’Autriche. Mais, il est évident que libérer sans occuper équivaut à vouloir se baigner sans se mouiller. Je vous rappelle que les Alliés avaient divisé l’Autriche en quatre zones:

– Une zone française comprenant les provinces du Vorarlberg et du Tyrol plus une partie de Vienne que les alliés occupaient conjointement. – Une zone américaine comprenant notamment la ville de Salzbourg et la Haute Autriche, – Une zone britannique ainsi qu’une zone russe comprenant la province de la Styrie et la ville de Graz. L’influence du professeur Eisterer est cependant énorme, car suite à une conférence qu’il avait donnée à ce sujet dans son Université, de fil en aiguille, un contact s’est finalement établi entre Madame Heidi Braun et le journaliste Thomas Matzek de la télévision autrichienne. Je reviendrai là-dessus lorsque j’aborderai la recherche journalistique et personnelle.

La publication des recherches du professeur Ingrid Bauer en revanche, avait pour thème les mères autrichiennes ainsi que leurs enfants nés de père soldat Noir-américain. Elle a fait un exposé en 1999 auquel j’avais assisté. Le titre de son article est assez éloquent : « Leiblicher Vater: Amerikaner (Neger) » qui se traduit par: « Père biologique, nègre américain » ! Son exposé m’a impressionné pour deux raisons:

Premièrement, parce qu’il concerne ce que j’appelle les couples dominos et deuxièmement parce qu’elle a confirmé la théorie d’identification à laquelle j’étais arrivé aussi dans mes recherches.

En ce qui concerne les couples dominos, j’ai eu l’impression que Madame Bauer m’avait coupé l’herbe sous le pied en travaillant sur ce que j’appelle le « couple domino » qu’ici en France vous appelez « couple mixte ». C’est une appellation que je réfute, car je trouve que c’est une réduction de la mixité à la simple couleur de la peau, qui loin d’être instructive, demeure plutôt confuse! En effet, pour moi, tout couple classique composé d’un homme et d’une femme est un couple mixte, quand bien même nous voulons faire l’impasse sur la différence des sexes au profit de celle de la couleur. D’autres raisons me poussent à rejeter cette appellation française: travaillant dans un milieu germanophone, je suis souvent amené à passer du français à l’allemand. Le couple mixte se traduit en allemand par « Gemischtes Paar » et si on parle des enfants issus de ce couple, la logique serait de les appeler « Mischlingskinder » qui se traduit en français par « métis », mais c’est historiquement très connoté dans le milieu germanophone, à cause de la sémantique nazie. Sans vouloir remonter au nazisme, je vous donne un exemple de l’actualisation de la sémantique nazie: Madame Karin Trappel ici présente dont le père est Marocain, était appelée « Mischling » pour faire allusion au fromage qui porte le même nom dans sa région, mais qui a la particularité de sentir très mauvais. Par contre en parlant de couple domino, d’une part j’annonçais les couleurs, en ciblant l’objet de mon étude et d’autre part j’apportai ainsi une appellation neutre qui permettait de parler des partenaires comme des enfants dominos sans blesser les susceptibilités des personnes concernées, terme qu’ils ont d’ailleurs accueilli favorablement et parfois avec un brin d’humour.

Pour ce qui est de la théorie d’identification, Madame Bauer et moi, étions arrivés dans nos recherches respectives sans le savoir, à la même conclusion. Moi, dans la genèse des couples dominos, j’ai trouvé que c’est l’identification qui favorise le rapprochement des partenaires dominos. En effet, dans cette étude, je n’ai pas pu confirmer la théorie compensatoire du sociologue américain Robert Merton pour qui le couple domino serait une mésalliance, mais plutôt celle de Rudolf Otto, qui invoque l’attrait par la ressemblance et que l’on retrouve dans l’adage: Qui se ressemble, s’assemble. En outre, Madame Bauer est celle qui, à mon avis, a brisé le silence qui pesait sur les Autrichiennes partenaires des soldats ennemis et leur progéniture dans la société autrichienne. En effet, avant sa conférence, je n’avais jamais entendu parler de ce sujet, alors qu’en province les travaux étaient publiés et des conférences avaient lieu ici et là etc. Tout ça restait cloisonné au niveau très régional! Les Autrichiens ont l’habitude de dire que l’Autriche est géographiquement petite. Ils font allusion à l’Empire austro-hongrois qui était vaste, mais pour le sujet qui nous concerne, je trouve que l’Autriche est aussi vaste que le territoire russe, car ce qui se passe à un bout du territoire, reste inconnu à l’autre bout. Pour preuve, ce qui se passe au Vorarlberg, dans le Tyrol voisin on n’en a aucune idée alors que les deux provinces sont côte à côte !

J’apprécie particulièrement les travaux de Madame Bauer car ils sont basés sur les partenaires des soldats ennemis ainsi que leurs enfants. Dans un de ses articles consacrés aux épouses des soldats américains on les appelait « Amis » (Amerikaner), elle tente de déconstruire le stéréotype autrichien dont elles ont été victimes après la guerre. Elle montre que le puritanisme catholique a érigé un mur de protection pour lutter contre l’anarchie de la guerre en désignant comme bouc émissaire ces femmes. Le discours des milieux conservateurs s’appuyait sur les trois « S » en allemand : « Sodom, Sumpf und Schmutz » qui signifient: « Sodome », « Bourbier » (marécage moral) et « Saleté » ou (une impureté).

Pour les conservateurs en effet, il y avait inversion des valeurs: Non seulement les femmes étaient devenues faciles, c’est elles qui se donnaient, mais en plus, elles allaient jusqu’à choisir leur partenaire dans les rangs de l’ennemi!

Madame Bauer présente des données chiffrées précises en ce qui concerne les enfants historiques non seulement pour le secteur américain, mais aussi pour toute l’Autriche: Je la cite : « déjà en 1949 on annonce le chiffre de 4000 enfants nés de père soldats étrangers; pour la seule région de Salzbourg 2000 enfants sont venus au monde jusqu’en 1955, enfants dont le père était soldat américain et la mère autrichienne ». Ingrid Bauer signale aussi que le journal des travaillistes le (Arbeiterzeitung) du 3 Novembre 1955 rapporte qu’il y aurait au total 8.000 enfants, venus au monde de 1946 à 1953, pour les 4 zones d’occupation alliée. Pour moi, elle est la spécialiste de la zone américaine, au sujet de laquelle elle annonce un chiffre total et plausible de 5.000 naissances. L’opinion avait plusieurs explications pour désigner ces enfants: « Ami-Kinder » « Les enfants des amis » entendez des Américains. Elle signale le mal que ces enfants ont eu à assumer leurs racines qui étaient trop stigmatisantes. Plus important dans ses recherches reste le sort des enfants des soldats Noirs-américains. Ils avaient purement et simplement disparus du paysage blanc comme la neige dans la région!

Elle rapporte ainsi le discours des autres sur ces enfants, à savoir, le discours des responsables des services sociaux municipaux de la jeunesse et de la population d’après-guerre. Elle a intitulé un chapitre ainsi, je cite: « Recherche de la trace dans une

4 culture de l’oubli ». J’aurais plutôt dit « une culture du refoulement » (Verdrängen). Selon elle, les Noirs-américains constituaient 5 à 6 % du contingent américain. La rencontre avec des soldats Noirs était une rupture certaine par rapport aux habitudes quotidiennes de ces populations montagnardes et repliées sur elles-mêmes. Cette rupture alimentait un terreau de rumeurs, de peur, de surprise et de curiosité de toute sorte. Face à ces soldats, la population aurait même préféré les redoutables russes qui pourtant n’avaient pas bonne réputation. Cependant, une autre chose a aussi frappé la même population, c’est la cordialité, la générosité et l’amour des enfants dont faisaient montre les soldats Noirs-américains. On les trouvait ouverts et avenants surtout à l’égard des enfants1. Ce constat a été fait aussi en Allemagne2 Le harcèlement des filles-mères a poussé la plupart d’entre-elles à se débarrasser de leurs enfants en les remettant aux services sociaux, encouragées en cela par ces derniers. Au départ des troupes américaines, les services sociaux estimant que ces enfants dominos n’avaient aucune perspective d’avenir dans le pays, dans la mesure où ils étaient impossibles à assortir à la population autrichienne, organisèrent leur adoption à l’étranger en l’occurrence aux Etats-Unis et en Suède! Une hôtesse de l’air autrichienne de la Sabena, d’origine juive, Trude Jeremias, fût spécialement affectée à leur accompagnement. C’est vraisemblablement pour cette raison que les recherches de Madame Bauer ne s’attardent pas sur le problème d’identité des « Enfants historiques ». . Et pour Madame Bauer, c’est cette attitude qui relativisait la hiérarchie entre d’une part, occupants et occupés et d’autre part, vainqueurs et vaincus. La population l’exprimait en disant: « Avec les Noirs nous arrivons mieux à nous entendre malgré tout. » C’est ce qui l’a conduite à la conclusion d’y voir « l’alliance des opprimés » dont a parlé Erwing Goffmann et que j’ai pu confirmer aussi dans mon étude sur le couple domino. Elle en a fait la citation suivante: « I am a slave, you are a slave ». (Je suis un esclave, vous êtes un esclave) Les travaux de Renate Huber ont aussi pour thème principal les mères autrichiennes des « Enfants historiques », sans toutefois approfondir la crise identitaire dont ils ont pu souffrir et les recherches dans lesquelles ils se sont lancés dans l’espoir de retrouver leur père. A l’Université de Vienne, je suis le seul à avoir osé travailler sur ce thème. Mes propres recherches à ce sujet ont pour objectif d’amplifier la voix des Enfants historiques en publiant leur histoire, de les sortir petit à petit du ghetto moral que représente le Vorarlberg lors de chaque présentation de mon livre (au Forum Culturel 1Putz Johannes, Diplomarbeit; Zwischen Liebe und Business, Österreicherinnen und amerikanische Gis in der Besatzungszeit, Salzburg 1995, S. 84. 2 Brauerhoch Annette, „Fräuleins“ und Gis, Stroemfeld/Nexus, 2006, S. 227-228. Autrichien à Paris, à l’Académie Diplomatique de Vienne, à la télévision autrichienne et au Parlement autrichien). De les aider, autant que faire se peut, à retrouver un peu de dignité, et surtout, la trace du père inconnu. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu publier ce livre en France en traduisant leurs récits de vie de l’allemand vers le français ; je me suis limité à 5 d’entre-eux afin de gagner du temps, et me suis efforcé de leur trouver une autre appellation à connotation positive: « Enfants historiques » puisqu’ils sont nés pour la plupart avec la République d’Autriche. Mon objectif numéro un était surtout d’arriver à trouver ne fût-ce que la trace d’un seul père. Ce faisant, je me suis démarqué de mes prédécesseurs que je viens d’évoquer et deux ans après sa publication, c’est suite à l’article du Figaro du 7 Mai 2009 que nous avons pu identifier le père de Madame Karin Trappel ici présente.

2) En ce qui concerne les recherches journalistiques, je distingue deux niveaux: le niveau national et le niveau provincial. Comme je viens de le dire, l’activité médiatique provinciale est assez abondante aussi bien pour la presse écrite qu’audio-visuelle, mais il n’y a pas meilleure cage de Faraday que les montagnes autrichiennes pour l’empêcher de se répandre au niveau national ! Tout se qui se fait et se dit au Vorarlberg au sujet des « Enfants historiques » reste cantonné au Vorarlberg.

Au niveau national, je signale le documentaire de Thomas Matzek de l’ORF intitulé « Autriche mon amour » avec un fond musical de Charles Trénet « Que reste-t-il de nos amours » ? Ce documentaire montre la recherche acharnée du père menée par Madame Heidi Braun avec le soutien sans faille du même journaliste, Thomas Matzek, et qui a abouti à la découverte de sa deuxième famille au Maroc, bien qu’elle ait appris que son père était déjà mort depuis bien longtemps. Je rappelle que Madame Braun a connu Thomas Matzek grâce à la conférence du Professeur Eisterer. Sans cet engagement exemplaire du journaliste, elle n’y serait jamais parvenue. Enfin je terminerai ce chapitre des recherches en mentionnant deux articles: d’abord celui du quotidien autrichien « Standard » du 8 Janvier 2008 avec un article de Madame Jutta Berger, la correspondante du journal au Vorarlberg et puis celui évoqué tout à l’heure du Figaro, qu’a écrit son correspondant à Vienne, Maurin Picard. Je tiens à souligner l’engagement personnel exceptionnel de ce dernier qui a permis l’identification du père de Madame Trappel. Sans son engagement personnel, mon livre n’aurait en fait servi qu’à grossir les rayons des bibliothèques sur ce thème. Permettez-moi de saisir donc cette occasion pour remercier sincèrement tous les participants à cette « boule de neige » ou, si vous me permettez de le dire autrement, à ce mini « effet domino » dont l’aboutissement a été l’identification du père de Madame Trappel après tant d’efforts et années de recherches. Il s’agit notamment de l’association « coeurs sans frontières » et surtout des autorités françaises qui se sont montrées sensibles à sa peine. Puissent les uns et les autres trouver ici l’expression de notre profonde gratitude.

3) Quant aux recherches personnelles, elles sont pour la plupart inconnues du public tant des chercheurs, que des média, car elles sont peu médiatisées. Il n’y a que les familles concernées elles-mêmes ainsi que les autorités administratives auxquelles elles s’adressent qui en savent plus. Les intéressés pourtant ne cessent de tout faire pour savoir qui était ce père inconnu. Vit-il encore ? A-t-il eu d’autres enfants ? Et même, tenez-vous bien, comment s’appelait-il ? Cette recherche est générale, je ne connais pas un « Enfant historique » qui y soit resté totalement indifférent toute sa vie. C’est à ce niveau que j’ai constaté une différence, pour ce qui est du Vorarlberg, en effet, les enfants de père marocain ont généralement un document ou une preuve matérielle de l’existence de leur père et ils connaissent aussi souvent son nom et parfois même un bout de son histoire. Les enfants de père français en revanche, eux n’ont rien. Ils ignorent presque tout, même jusqu’à son nom de famille! Ce fait s’explique par la « visibilité » des uns et « l’invisibilité » des autres dans la société autrichienne. Les enfants de père marocain étant « visibles » à cause de la couleur de leur peau et de leur type de cheveux, ils ont été les premiers à être pris pour cible tant à l’école que dans la rue. Cette réaction a poussé leur propre mère à intervenir en sortant de leur réserve et en expliquant à leur enfant l’histoire de son père et en lui en donnant aussi des preuves matérielles existantes. Le succès de la recherche du père en est d’autant facilitée aujourd’hui, si toutefois les personnes de bonne volonté, en l’occurrence les journalistes et les autorités administratives veulent bien les aider dans cette démarche. Toutefois, cette recherche n’en demeure pas moins infructueuse pour ceux, ne connaissant pas le nom de leur père, et ne disposant d’aucun élément matériel susceptible d’aider à son identification. C’est le cas par exemple de Madame Margot Xander ici présente. Toutefois, elle ne baisse pas les bras pour autant. Elle m’a écrit à plusieurs reprises pour me rappeler de l’informer sur tous mes déplacements en France. Dans une de ses lettres, j’ai fini par comprendre l’espoir qui l’anime; c’est que, lors de rencontres comme celle-ci, quelqu’un ayant connu son père ou entendu parler de lui puisse la contacter. Sa mère s’appelait Cäcilia Lorenzin et était née le 17 Septembre 1922. Margot a encore des photos d’elle la portant dans ses bras quand elle était bébé. Seul le « hasard » peut l’aider désormais. Je m’en vais conclure en disant simplement qu’à ma connaissance, les chances de réussite dans la recherche du père en Autriche me semblent hélàs extrêmement faibles, surtout quand on le compare aux dossiers franco-allemands. En tout et pour tout, il n’y a eu jusqu’ici, à ma modeste connaissance, que deux cas où les efforts des personnes concernées ont été couronnés de succès et ce, grâce à l’engagement exemplaire des journalistes dont celui du correspondant du Figaro à Vienne. C’est la raison pour laquelle j’en appelle aux initiatives d’envergure européenne, car une guerre mondiale ne peut et ne doit pas être réduite à un simple cadre bilatéral. Elle mérite au moins une prise en compte à l’échelle du continent européen. Je vous remercie pour votre attention.

Clément Mutombo / Université de Vienne / Autriche

 


 

L’ENFANCE OTAGE DU NAZISME DANS LA CONCEPTION NATIONALE SOCIALISTE DU MONDE INTERVENTION MEMORIAL DE CAEN 28 NOVEMBRE 2009

© Stephane DELOGU, novembre 2009

« L’ensemble de son éducation et de sa formation doit tendre à lui donner la conviction absolue qu’il est simplement supérieur aux autres » Adolf Hitler in. Mein Kampf

« Il s’agit de conquérir l’enfant et c’est à lui que doit s’adresser le premier appel au combat […] enfant Allemand, n’oublie pas que tu es Allemand, fillette Allemande, pense que tu dois être un jour une mère allemande « – Adolph Hitler à Metz, 7 septembre 1940

L’AVENIR DU PEUPLE ALLEMAND EST CLAIREMENT DEFINI

« A nos yeux, le garçon allemand de l’avenir doit être svelte et souple, rapide comme le lévrier, résistant comme le cuir et dur comme l’acier de chez Krupp. Nous devons élever un nouveau type d’être humain, des hommes et des jeunes filles disciplinés et sains jusqu’au plus profond d’eux-mêmes. Nous avons entrepris de donner au peuple allemand une éducation qui débute dès la jeunesse et ne se terminera jamais. Elle commence avec l’enfant et elle finira avec le « vieux combattant ». Personne ne pourra dire qu’il a un moment où on le laisse entièrement à lui-même. Adolf Hitler, rassemblement du NSDAP à Nuremberg, 1935

UN DOUBLE BUT :

Faire de la jeunesse la pierre angulaire de la transmission de l’idéologie nazie, faire de chaque jeune aryen un outil de guerre et de doctrine.

Placer les jeunes allemands au centre de l’effort de guerre entrepris pour la conquête d’un espace vital. Les garçons constitueront l’armée du Reich et sa force industrielle, les filles donneront naissance à des nationaux socialistes

Ainsi, l’enfant n’est plus à proprement parler un enfant ou un adulte en devenir, il est le sujet instrumentalisé d’abord, puis le vecteur actif d’une politique raciste, totalitaire et antisémite.

QUI ?

« Lorsque j’entends le mot culture, je sors mon revolver ». Baldur Von Schira ch, congrès du NSDAP, 1933

Baldur Von Schirach. Né en 1907 a Berlin, il grandit dans une famille d’aristocrates animée par la haine de la République de Weimar. C’est donc tout naturellement qu’il se rapproche du NSDAP, son ascension est fulgurante : a 21 ans, il est nommé à la tête de l’union des étudiants Hitlériens. Dès 1931, il devient chef des jeunesses Hitlériennes et Hitler le propulse au grade de colonel. En 1936, il devient secretaire d’Etat à la jeunesse. Son charisme et son pouvoir de fascination sur les jeunes allemands en font l’un des éléments clefs du système politique nazi. Les jeunesse Hitlériennes deviennent alors autonomes et le jeune dignitaire devient « “entièrement responsable de l’éducation physique, idéologique et morale de la jeunesse allemande”. Il n’a alors de compte à rendre qu’à Hitler pour lequel il l’un des hommes clefs du régime nazi. Dès 1938, les jeunesses Hitler deviennent le vivier humain de la Waffen SS dirigée par Heinrich Himmler.

Il est également à l’origine de la déportation de 185 000 juifs d’Autriche et estime ainsi « avoir contribué à la culture Européenne ». Paradoxalement, lorsqu’Heydrich et Himmler procèdent à la mise en place de la solution finale, il s’indigne des conditions de déportation inhumaines infligées aux Juifs. Cette prise de position marque pour lui le début de la disgrâce, il se constitue prisonnier en 1945 après avoir rempli la fonction d’interprète pour l’armée Américaine sous le nom de Falk. En 1946, il est condamné à 20 ans de prison pour crimes contre l’humanité, non pour avoir endoctriné des millions de jeunes allemand et les avoir poussés au fanatisme, mais pour la déportation des juifs d’Autriche. Il est libéré en 1966 et s’éteint dans la misère en 1974. Il reste l’un des seuls dignitaires nazis à avoir reconnu sa culpabilité : « Devant Dieu, devant la nation allemande, devant le peuple allemand, je porte seul la culpabilité d’avoir entraîné la jeunesse à soutenir un homme qui durant de longues années a été considéré comme étant irréprochable et qui a assassiné des millions de gens“.

COMMENT ?

I – En modifiant les programmes scolaires de manière à ce qu’ils épousent l’enseignement du nazisme et les matières que cela nécessite.

Les matières dites « intellectuelles » (sciences naturelles, histoire, géographie, mathématiques) disparaissent ou sont réduites à leur plus simple expression, puisque jugées inutiles au développement de l’Aryen, qui fonde son existence sur la domination des races inférieures (Untermenschen) placées à son service et l’éradication des existences inutiles ou réputées nuisibles. Dès 1933 , les enseignants ont l’obligation d’appartenir à une ligue affiliée au NSDAP (15 pour cent d’entre eux sont révoqués pour leur « tiédeur » à l’égard du régime). Hitler lui-même estime que « 95 pour cent de ce qu’un enfant apprend à l’école ne lui serviront jamais par la suite.

A ces matières se substituent d’interminables cours d’endoctrinement politique, au cours desquels l’instituteur ou le professeur font travailler leurs élèves sur les discours des dignitaires nazis. Très tôt, les jeunes allemands sont soumis à des séances de morphologie aryenne ou ils apprennent à distinguer les races saines, des races inférieures et des races nuisibles. Le meilleur indicateur est alors la réaction des élèves face à la présence de jeunes juifs de leur âge dans leur classe.

Certaines disciplines sont modifiées sans disparaitre mais sont utilisées pour intégrer les dogmes nazis, le pire n’est d’ailleurs jamais exclu des programmes éducatif, tel ce problème d’arithmétique rencontré au hasard d’un manuel scolaire après 1933 : un aliéné coûte quotidiennement 4 marks, un invalide 5.5 marks, un criminel 3.5 marks. Dans beaucoup de cas, un fonctionne ne touche quotidiennement que 4 marks, un employé 3.5 marks et un employé 2 marks. Faites un graphique avec ces chiffres. D’après les estimations prudentes, il y a en Allemagne environ 300 000 aliénés, épileptiques, etc dans les asiles. Calculez combien coutent annuellement ces aliénés et épileptiques, combien de prêts aux jeunes ménages à 1000 marks pourrait on faire si cet argent pouvait être économisé ? La réponse est implacable : 438 000 jeunes ménages pourraient ainsi bénéficier de ce prêt. Il suffit le cas échéant de faire disparaitre les 300 000 aliénés dont la vie n’est pas utile au Reich. Non seulement, l’élève ne peut que regretter une telle situation, mais il a lui-même réalisé ce calcul implacable où toute considération humaine est absente. Ce qui vient de suivre n’est rien d’autre qu’une justification de la future opération T4 (70 000 handicapés sont euthanasiés en Allemagne dans un premier temps entre 1938 et 1941, 200 000 au total pour l’ensemble des six opérations d’euthanasie réalisées jusqu’en 1945 )

Sur le plan culturel, il devient rapidement impossible de trouver dans les bibliothèques et les magasins d’autres ouvrages que ceux faisant l’apologie du nazisme. Ainsi, l’enfant endoctriné suffisamment jeune possède autant moins de chance d’échapper à son sort qu’il ne dispose plus d’aucun outil pour éveiller son sens critique.

Ainsi : au fil du temps, l’enfant soumis à cet endoctrinement fonctionne avec une norme totalement modifiée, le bien et le mal font l’objet d’une définition nouvelle. Il est juste et normal de violenter un juif et de ne pas lui accorder les mêmes droits que tout citoyen allemand, il est au contraire extrêmement grave pour une allemande ou un allemand d’entretenir une relation avec un juif ou une juive.

Question au public : De quoi seriez-vous capable au plus profond de vous-même, si vous aviez le droit de vie et de mort sur les personnes que vous détestez le plus ? Jusqu’où iriez-vous si le meurtre devenait légal ?

Sous l’impulsion d’Hitler, la nouvel ordre d’importance de l’enseignement s’établit ainsi

L’héritage génétique et l’image raciale

La doctrine nationale socialiste

Le développement du corps par l’exercice et l’entrainement

Le savoir

II – En modifiant fondamentalement la structure sociale : la famille, l’église et l’école disparaissent pour faire place aux enseignements dispensés par les nazis

Avec la religion, la famille est le creuset de la société allemande du début des années 1930. Hitler fait mieux que d’enlever l’enfant à son milieu , il en fait, dans certains cas, une arme absolue contre ses parents, voire contre les adultes récalcitrants.

Le parti nazi, en embrigadant les garçons dans le jungvolk ou la Hitlerjugend, et les filles dans la Jungmaëdel puis la Bund Deutscher Mädel leur donne l’occasion d’offrir une nouvelle dimension à leurs jeux : sous couvert d’un pseudo scoutisme ou les groupes se réunissent dans la nature, Hitler prépare de futurs guerriers. Ces jeux qui ne sont ni plus ni moins qu’un entrainement très progressif et quelquefois ludique et recueillent la plupart du temps l’adhésion des enfants eux-mêmes, heureux de pouvoir parader en uniforme et pour les plus âgés munis d’une dague. Les jeux de la cour d’école sont relégués très loin derrière ces nouvelles activités qui immanquablement donnent aux jeunes pousses du parti un sentiment de puissance. L’arrivée dans la Jungvolk et la Jungmaëdel s’accompagne d’un serment :

En présence de cet étendard de sang, qui représente notre Führer, je jure de consacrer toute mon énergie et toute ma force au sauveur de notre pays, Adolf Hitler. Je suis prêt a donner ma vie pour lui, et je m’en remets à Dieu.

Les activités conjuguées du Bund Deutscher Mädel, de la ligue des femmes allemandes, du NDAP , de la Hitlerjugend et de la Jungvolk provoquent à terme l’éclatement de la cellule familiale, dont les membres passent de moins en moins de temps à leur domicile. Entre le travail et les tâches ménagères, il devient très compliqué pour les membres d’une famille de partager des moments en commun, en dehors des repas. Sans avoir directement décrété la fin de la notion de famille au sens traditionnel du terme, les nazis l’ont placée dans une situation où il lui est impossible de fonctionner autrement. Dès lors, le noyau familial va imploser et l’enfant n’appartient plus à sa famille mais à l’Allemagne. Il se peut d’ailleurs se montrer l’un des auxiliaires les plus zélés d’Hitler. Un chef d’équipe de la Hitlerjugend, rarement âgé de plus de 14 ans a par exemple pour devoir de dénoncer tout membre de son équipe absent aux réunions. Il en sera souvent déduit que ses parents ne sont pas de bons nationaux socialistes, dont la première sanction est un avertissement sans frais. Puis, ce sera le licenciement et en dernière instance la déportation (ouverture du camp de Dachau en 1933. Il accueille la première année 16 500 détenus, dont 12 000 sont libérés au bout de quelques mois. Ils pourront ainsi témoigner de ce qu’ils auront vécu et constituent finalement une redoutable arme de dissuasion.)

Au sein du foyer familial, la prudence reste de mise : un mot de trop, une réflexion à l’égard du national socialisme peuvent devenir fatal si l’un des enfants se montre trop bavard, volontairement ou non. Les parents en viennent à se méfier de leurs propres enfants, qui détiennent souvent sans vraiment le réaliser une telle puissance qu’ils se sentent totalement démunis. Finalement, ils n’ont plus ni influence ni emprise sur leurs enfants, dont le comportement et l’éducation ne relève plus que du parti omniprésent. L’endoctrinement subi fonctionne parfaitement, même auprès des plus jeunes, ainsi qu’en témoigne la réaction de ce jeune garçon de neuf ans , qui explique ainsi qu’elle a dissuadé sa mère d’acheter des bobines de fil à des commerçants juifs : « monsieur l’instituteur, je suis allé me promener hier avec ma mère. Soudain, alors que nous passions devant les galeries marchandes, ma mère s’est souvenu qu’elle avait absolument besoin de quelques bobines de fil. Elle voulait me donner de l’argent pour que j’aille les acheter. A ce moment, j’ai dit à ma mère : « Moi ? je ne mettrai pas les pieds la dedans tu devras y aller toi-même. Mais, je te préviens, si tu vas aux galeries, je le dirai à mon maitre demain matin. Il te convoquera à l’école et tu passeras un mauvais moment.« Plus que tout autre, l’attitude de cet enfant permet de mesurer à quel point les parents deviennent les otages de leur propres enfants.L’instituteur, nazi convaincu, adressa ce témoignage au journal « Der Sturmer » de Julius Streicher en jugeant que de tels exemples peuvent être stimulants pour la jeunesse allemande. Ainsi, l’enfant est élevé non pas par ses parents, mais les nationaux socialistes, qui en modifiant fondamentalement ce que l’on savait jusqu’à présent du bien et du mal, ont fait des enfants de parfaits instruments du pouvoir. Ce qui se passe alors n’est ni bien, ni mal, il s’agit d’une étape nécessaire.

Erna Listing , une autre jeune allemande, écrit ceci au Stürmer :

« Cher Sturmer, le Gauleiter Streicher nous a appris tant de choses sur les juifs que nous les haïssons comme il se doit. Nous avons fait, en classe, une rédaction sur le sujet : « Les juifs sont notre malheur ». Je vous prie de bien vouloir publier mon texte, le voici : « il y a eu malheureusement aujourd’hui, encore, beaucoup de gens qui disent : « les juifs sont aussi des créatures de Dieu. Ils ont donc, eux aussi, droit au respect ». Mais nous, nous disons « la vermine est aussi une création de Dieu et pourtant nous la détruisons ». Le Juif est un sang mêlé. Il a des ancêtres Aryens,Asiatiques, Nègres et Mongols. Chez le sang mêlé, c’est la mechanceté qui domine, la seule bonne chose qu’il possède c’est la couleur blanche de sa peau… Jésus a dit une fois aux Juif « Votre père n’est pas Dieu mais le Diable ». Les juifs ont un mauvais livre de loi , il s’appelle « Le Talmud », de plus les Juifs voient en nous des animaux et nous traitent comme tels. Ils ont recours à toutes sortes de ruses pour nous voler notre argent et nos biens, ils ont acculé la Russie à la misère. En Allemagne, ils ont financé le KPD et les assassins. Nous étions au bord de l’abîme puis Adolph Hitler est arrivé. Aujourd’hui, les juifs sont à l’étranger et excitent l’opinion contre nous. Mais nous ne nous laissons pas faire et obéissons à notre Fuhrer. Nous n’achetons rien chez les commerçants juifs, chaque Pfenning que nous leur donnons tue un des nôtres. Heil Hitler !

Pour la majorité de jeunes allemands, la notion du bien et du mal sont liés à une situation qu’ils assimilent à un état d’urgence. Dès lors, il s’agit d’éradiquer une menace mortelle, peu importe les moyens employés, même les plus violents et radicaux. Eradiquer les juifs est désormais une nécessité.

Dès 1938, Von Schirach peut être satisfait de la manière dont la jeunesse a été prise en charge par le Reich : « Le combat pour l’unification de la jeunesse allemande est terminé. Je considère comme de mon devoir de la conduire d’une manière dure et intransigeante. Et je promets au peuple allemand que la jeunesse du Reich, la jeunesse d’Adolf Hitler, accomplira son devoir suivant l’esprit de l’homme à qui leurs vies appartiennent «

Chiffres et dates clé

L’évolution des effectifs

Fin 1933 : 2.3 millions de garçons et filles (Jungvolk, HJ et BDM)

4 millions en 1935

8.8 millions en 1939

Dates

1926 Fondation des jeunesses Hitlériennes par Kurt Gruber et rattachement administratif à la S.A

1933 Baldur Von Schirach devient Jugendfuhrer.

1933 dissolution du comité national des associations de jeunesse et récupération de leurs biens.

1934 : création de l’école des cadres de la Hitlerjugend.

1er décembre 1936 : adhésion obligatoire pour les 10-18 ans

25 mars 1939 : adhésion obligatoire à la Jugvolk a partir de 10 ans

Juin 1943 : formation de la 12ème SS Panzer Division formée à partir des effectifs de la Hitlerjugend. Elle intègre environ 18 000 jeunes de 16 à 18 ans et gagne le front Normand le 7 juin 1944. Ses cadres proviennent majoritairement de la Leibstandarte Adolph Hitler.

Bibliographie

Allemagne, IIIème Reich, Encyclopédie , Mathilde Aycard et Pierre VAllaud – Editions Perrin, 2008

Dix millions d’enfants nazis, Erika Mann, Taillandier 1988

Le troisième Reich, Tome II 1933 1939, Richard J. Evans, Flammarion 2009

Hitler, Ian Kershaw, Flammarion, 2008

Nuremberg dans l’histoire, Francois Delpla, l’Archipel, 2005


 

Ich liebe dich

Dominique Weck-Geoffre Colloque Mémorial de Caen 28/11/2009

Solange a seize ans ; son père tient le café de la Place à Didonne, en Charente Inférieure. Cet été 1943, elle s’en souviendra longtemps. La guerre a commencé au sortir de son enfance ; elle entend tous les jours des récits, des rumeurs, sans tout comprendre ; elle écoute parfois les conversations tenues à voix basse. Elle sait que son destin ne pèse pas lourd mais son envie de vivre, elle, est immense.

Quelque chose a changé l’année dernière : l’armée allemande a tout envahi ; la ligne de démarcation a été supprimée. Les soldats allemands sont de plus en plus nombreux, elle les voit et les entend. Mais le bruit des véhicules militaires, les uniformes, les armes, les casques, n’empêchent pas l’été d’être ; les raisins de mûrir et la jeune fille d’être jeune fille….

On les dit terribles, menaçants. Elle met à l’épreuve la menace quand elle les sert au café. Car elle les sert, un peu réticente, mais, le commerce oblige ! Ils rient fort, certains sont cordiaux. Certains reviennent souvent, d’autres ne font que passer. Mystère des déplacements militaires, rumeurs d’attentats, otages fusillés. Parfois, elle apprend des disparitions de voisins, des morts. Un grand frisson de peur la secoue ; mais il ne lui arrivera rien, pas ici, dans ce village si tranquille.

Le quinze août, c’est la tradition, il y a un bal. Cette année aussi. Son père compte sur elle pour servir à boire. Les filles arrivent, coquettes ; peu d’hommes jeunes sont là. Mais il y a les incontournables « vert-de-gris » qui aiment tant danser. Après tout, jusqu’à preuve contraire, ils sont vainqueurs et ont le sourire aux lèvres. L’orchestre joue bien, c’est comme un état de grâce ; la soirée avance. Un instant de calme, Solange est derrière le comptoir, rangeant la monnaie : oh ! un bon pourboire ! Elle relève les yeux : un allemand la regarde avec une certaine candeur et l’invite à danser. Elle esquisse un début d’excuse, et puis, après tout…Raymonde, l’employée, suffira bien à servir à cette heure ! Et puis, son père est fort occupé à taper le carton avec ses copains.

La musique les enveloppe, leurs visages se frôlent, il sent fort le savon. Ses mains sont douces, il fredonne. Il a les yeux verts, des lunettes, les cheveux châtains blonds. Il l’entraîne un peu à l’écart au bord de la rivière. Ils s’assoient essoufflés par le dernier swing . Il lui demande son prénom. Elle répond et il se présente.

– Je m’appelle Willi. Que vous êtes jolie ! Je vous ai regardée toute la soirée….vous êtes employée ici ?

– Non, je suis la fille de Léopold, le patron et j’aide au café quand il y a beaucoup de travail.

Elle s’enhardit tout à coup :

– Mais vous, savez-vous, quand la guerre va finir ?

– Non, je ne sais pas.

Et puis, il l’embrasse et c’est pour elle, la première fois. Pourvu qu’on ne la voit pas….

Il dit :

– La vie est belle ce soir …voulez-vous que je vous apprenne quelques mots en allemand ?

Elle ne veut pas le contrarier…

– Je t’aime se dit : ich liebe dich.

Elle essaie de répéter. Le « ch » est si difficile à prononcer mais si doux. Elle essaie plusieurs fois, et au bout d’un certain temps – est-ce le baiser ? – elle réussit.

Ja, c’est très bien…

Il l’embrasse en lui murmurant ich liebe dich. Elle répond en riant ich liebe dich, ich liebe dich….

Ensuite, il l’a caressée et elle s’est laissée faire. Ils ont roulé dans l’herbe sous les arbustes, à l’abri des regards. Enlacés, ils ont parlé longtemps. Il lui a avoué sa lassitude. Il a évoqué l’avenir, il lui a promis de revenir car cette guerre finirait. Elle s’est étonnée qu’il parle le français si bien ; il lui a confié qu’il était un peu lorrain par sa grand-mère et qu’il passait, enfant, des vacances en France. Puis il a éclaté de rire tout à coup :

– Il n’y a qu’un mot que je ne peux pas prononcer sans qu’on devine immédiatement que je ne suis pas français : dzi-go-ne, ci-co-nieu, ach ! Je n’y arrive pas…apprend-moi…

Et il l’a encore embrassée, cherchant sur ses lèvres la fleur du français et l’a appelée ma ci-go-gne en la becquetant. Le bal se terminait et l’on entendait l’orchestre jouer Lily Marlène, la chanson de Suzy Solidor.

Lily… Lily Marlène, Lily… Lily Marlène

Il fallait se séparer. Solange partit sans se retourner, elle pleurait, tout était trop injuste : la guerre, les frontières, l’amour sans avenir, son père…Son père, encore à la belote, avait l’œil éteint. L’avait-il vu partir avec le soldat allemand ? Ses copains, à une table dehors, l’avaient vue…. peut-être. Elle planta son regard dans le leur d’une façon déterminée.

Mais elle se fit discrète dans les jours qui suivirent. Elle eut aussi de la chance, la chance de ne garder de cette soirée qu’un souvenir d’amour joli, l’odeur… l’odeur de savon de Willi et leurs confidences. Elle eut peur d’avoir attrapé un enfant, mais il n’en fut rien. Il lui restait juste une cicatrice au cœur. Elle n’eut aucune culpabilité, n’ayant jamais décidé d’être française ou autre. Elle vivait là, c’est tout !

Le temps passant, elle se demanda si elle n’avait pas rêvé.

Dix ans plus tard, en 53, un homme roulait dans le village tranquillement ; il avait emprunté la Juva 4 du patron pour venir en Charente passer quelques jours. Il s’était beaucoup promené au bord de la mer, les parcs à huître reprenaient leur activité. Il reconnut les lieux.

Le café de la Place était fermé. Pourtant, il avait hâte de déjeuner. Le village s’éveilla. Les volets claquèrent. Les pigeons contrariés allèrent plus loin pour roucouler. Quelques chiens baguenaudaient, la truffe au sol.

Enfin, le café ouvrit sa terrasse.

Une femme âgée disposa péniblement les tables. Il s’assit et déplia le journal d’hier où il était question de la pénurie : « le gouvernement s’engageait à ce que la situation revienne à la normale ». Il y avait beaucoup d’articles sur la Reconstruction, triomphalistes… Il était bien content, lui, d’en vivre de la Reconstruction : son métier, technikzeichner, lui avait permis de s’employer en Normandie, chez un architecte, après son camp de prisonnier en Belgique : trois ans…

Il chassa une pensée dérangeante : détruire se dit-il, puis reconstruire…..

Il entendit un pas. Solange prit sa commande. Il demanda un petit-déjeuner en dérobant son regard à cause de l’émotion.

Et si elle le chassait ?Elle avait dix ans de plus, elle était plus belle encore. Il n’avait paseu le temps de voir sa main. Portait-elle une alliance ? Elle revint avec un plateau dont elle débarrassa le contenu surla table distraitement. Comment faire ? Avait-il changé lui, à ce point ? Il n’avait plus d’uniforme, heureusement…et plus aucun prestige peut-être. Il termina son café lentement, alla vers elle.

Il sourit, la regardant avechésitation,et chantonna :

So woll’n wir uns d’(a) wieder seh’n

Bei der Laterne wollen wir steh’n

Wie einst Lili Marleen (bis)

Solange parut tout à coup très fragile…

S’ébrouant au sortir du souvenir d’un été lointain, elle balbutia :

Willi ?!

– Oui ma cigogne…répondit-il, la gorge nouée. Que deviens-tu ?

Solange, retira son tablier, appela Raymonde :

– Tu me remplaces ?

Elle le prit par le bras, avec une joie !

– Je suis vivante et toi aussi ! Allez ! Partons !