L’ADN réunit deux frères

La très belle histoire reprise dans les articles et les vidéos de cette page montre bien à quel point les techniques de recherches de concordance des ADN peuvent se révéler utile dans des recherches comme les nôtres.

Grâce à l’ADN,

un Français et son demi-frère américain, fils de GI,

se retrouvent en Normandie

Deux demi-frères, qui l’ignoraient, avaient rendez-vous lundi à Omaha Beach, où leur père, un soldat américain, débarqua en juin 1944.

Ils avaient rendez-vous, lundi 24 septembre, à Omaha Beach, en Normandie, où leur père, un soldat américain, débarqua en juin 1944. Il y a quelques semaines encore, les deux hommes ignoraient tout l’un de l’autre. Jusqu’à ce que des tests ADN leur révèlent qu’ils ont le même père, Bill Henderson, un GI mobilisé en Normandie pendant la seconde guerre mondiale, mort et enterré à Los Angeles en 1997, et qui n’a jamais su qu’il avait un fils en France.

André Gantois, 72 ans, habitant à Ludres (Meurthe-et-Moselle), et Allen Henderson, 65 ans, de Greenville (Caroline du Sud), devaient se retrouver avec plusieurs membres de leurs familles, à Colleville-sur-Mer (Calvados), où leur père a débarqué parmi les 132 700 Alliés mobilisés le « Jour J », et assister à la descente du drapeau américain, au son de la sonnerie aux morts. Sur son profil Facebook, Allen Henderson a publié plusieurs photos de son frère et de lui-même à différents âges, soulignant la ressemblance frappante entre les deux hommes.

« Une aiguille dans une meule de foin »

« Enfant de la guerre » né d’une mère française, André Gantois a 15 ans quand il apprend à la mort de celle-ci son histoire d’amour avec un soldat américain. Irène, qui avait revu après la guerre son amant, avait caché à ce dernier sa maternité. André Gantois naît en 1946. Aux Etats-Unis, le GI, lui, a refait sa vie et fonde une famille.

Lancé dans une quête éperdue pour trouver son père, la première tentative d’André Gantois, alors âgé de 20 ans, à l’ambassade des Etats-Unis, à Paris, sera vaine : « On m’a répondu que ce que je demandais, c’était comme chercher une aiguille dans une meule de foin. » Les autorités américaines le suspectaient de faire des recherches pour obtenir un dédommagement, affirme son fils et avocat, Alexandre.

Jusqu’à ce que sa belle-fille l’oriente vers un institut américain spécialisé en recherche d’ADN. « C’était une recherche inespérée. De toute façon, je disais toujours que je mourrais sans connaître mon père », confie ce retraité, ancien fonctionnaire de La Poste. En juillet, il effectue un prélèvement de salive qu’il envoie aux Etats-Unis. Il ignore alors que trois semaines plus tôt, cette entreprise a été chargée par la famille Henderson de mener une recherche généalogique fondée sur l’ADN. Les résultats tombent début août : « Les tests se sont croisés et l’agence a déterminé que j’avais un frère aux Etats-Unis et que j’étais de famille américaine », raconte André Gantois, encore « retourné » par son histoire.

« C’est incroyable la ressemblance »

Allen Henderson a lui aussi été surpris : « Oh ! j’ai un frère, j’ai un frère », a-t-il déclaré au média local 7News. « [André] n’avait aucune idée que nous étions ici et, bien sûr, je n’étais pas à sa recherche, car je n’avais aucune idée qu’il était là-bas », confie-t-il.

Des deux côtés de l’Atlantique, les deux hommes sont mis en contact, échangent des photos. « Les gens autour de moi me disent : “Mais c’est incroyable, la ressemblance, on dirait vraiment des frères !” », s’amuse le Lorrain. Comme son « demi-frère d’Amérique », André se coiffe avec la raie sur le côté, porte des chemises à carreaux.

Il découvre le visage de son père et apprend qu’il a aussi une demi-sœur. « Mon père, c’est ma gueule tout craché, le même sourire, tout est pareil. Tout est arrivé d’un coup. Je connais même l’emplacement de sa tombe au cimetière militaire de Los Angeles », se réjouit-il. « Il va falloir maintenant que je me mette à apprendre l’anglais », glisse le Français, gouailleur, qui ne s’était jamais intéressé à la langue de Shakespeare.

Plus de soixante-dix ans après, la question des enfants nés de Françaises et de soldats alliés reste méconnue, souligne Emmanuel Thiébot, historien au Mémorial de Caen. Si on sait notamment que quelque 200 000 Français sont nés de soldats allemands, il n’existe, faute d’étude sérieuse à ce jour, aucun chiffre officiel sur les enfants nés de soldats alliés, souligne l’historien.


Nach über 50 Jahren Suche 

Franzose trifft mit 72 Jahren erstmals Halbgeschwister

25.09.2018, 13:04 Uhr | AFP

Am Sterbebett seiner Mutter fand ein Franzose heraus, dass sein Vater ein amerikanischer Soldat war. Erst nach über 50 Jahren Suche konnte er nun seine Halbgeschwister treffen.

Mehr als 50 Jahre lang hat ein Franzose nach seinem Vater, einem im Zweiten Weltkrieg in die Normandie entsandten US-Soldaten, gesucht. Im Alter von 72 Jahren schloss André Gantois nun erstmals seinen Halbbruder und seine Halbschwester in seine Arme. Er sei “hin und weg”, sagte der Franzose am Montag nach der ersten Begegnung mit seinen Halbgeschwistern in Colleville-sur-Mer, einem der Landungsstrände der Alliierten im Zweiten Weltkrieg. “Ich muss jetzt Englisch lernen” – denn bisher sind die drei auf einen Übersetzer angewiesen.

Gantois hatte erst als 15-Jähriger am Sterbebett seiner Mutter Irène erfahren, dass sein Vater ein GI war. Sie verriet aber weder dessen Namen noch andere Details. Als Gantois wenige Jahre später in der US-Botschaft in Paris erste Nachforschungen anstellte, “sagten sie mir, ich suche nach einer Nadel im Heuhaufen”, erinnerte sich der frühere Postangestellte aus der ostfranzösischen Region Lothringen.

Schwiegertochter schlägt DNA-Test vor

Trotzdem suchte er unbeirrt weiter und durchforstete Dokumente der US-Armee und der Justiz. Der Durchbruch kam, als Gantois’ Schwiegertochtereinen DNA-Test für die in den USA beliebte Plattform für Familienstammbäume, MyHeritage, vorschlug. “Ich habe nichts erwartet. Ich hatte mich schon damit abgefunden, dass ich sterbe, ohne zu wissen, wer mein Vater ist”, sagte Gantois.
Doch nach der Einsendung zweier Wattestäbchen mit Genmaterial wurde der Franzose über einen Treffer informiert: Sein Halbbruder Allen Henderson aus South Carolina hatte sich zufällig drei Wochen vorher ebenfalls an MyHeritage gewandt, um etwas über seinen Familienstammbaum zu erfahren.

Ähnlichkeit ist verblüffend

Beide tauschten Fotos per E-Mail aus – und die Ähnlichkeit war verblüffend. “Leute um mich herum sagten mir, wie unglaublich ähnlich wir uns sehen”, sagte Gantois. Nicht nur äußerlich sind sich beide ähnlich: Beide haben eine schwarze Katze und stehen auf karierte Hemden.
Neben seinem 65-jährigen Halbbruder Allen Henderson bekam Gantois noch eine Halbschwester dazu, die 70-jährige Judy Rogers. Seinen Vater konnte er nicht mehr treffen: Er starb 1997, ohne je zu erfahren, dass er einen Sohn in Frankreich hatte.

Allen Henderson, le frère américain, est directeur général d’une radio chrétienne aux USA. Très naturellement sa radio a consacré une émission à son aventure. Voici la vidéo qu’ils ont posté sur Youtube.