Lettre à mon père décédé

Cher papa, cher père,

Comment dois-je t’appeler, toi personne de mon désir ardent la vie durant. Toi, qui n’existait que dans ma tête, jamais réellement, jamais à portée de la main, jamais pour moi.

J’ai trouvé ta tombe, après 70 années de recherche, toutefois, toutes les questions restent sans réponse. Ces questions pèsent sur mon cœur !

Où étais-tu lorsque j’aurais eu besoin de toi après le décès de maman. A tout juste 15 ans, j’étais seule, sans parents, avec un avenir incertain.

Je m’imagine dans tes bras qui me serrent et me disant : „ ne te fais pas du souci, ma petite, je suis là pour toi. “

Mais non, à ce moment-là, tu passais, avec ta famille, des vacances dans ma ville de naissance. En tant que gendarme, il aurait été facile pour toi de me trouver.

Alors surgit en moi une colère incontrôlable ; une colère envers toi, ton incapacité de me soutenir, de me concéder ce qui est un besoin fondamental pour chaque enfant, l’amour de ses parents !

Je ne mérite pas ton amour ?

Ce sentiment ambivalent entre amour et colère me déchire parfois !

J’aimerais m’imaginer comment tu danses avec maman dans la cuisine, lentement au rythme de la chanson „j’attendrai“ interprétée à ce moment-là à la radio. Maman porte sa robe noire en soie avec les gros coquelicots rouges et les bleuets. Ses cheveux noirs sont ondulés et sa tête repose sur ton épaule. Tu as mis tes bras autour d’elle et tu chantes à voix basse pendant que je dors dans mon berceau.

Pourquoi est-ce que je ne peux pas écouter cette chanson sans pleurer ? J’étais pourtant trop petite pour avoir des souvenirs concrets de toi.

Rien que des pensées sentimentales ou le désir d`un monde intact, d’une famille composée d’une mère et d’un PÈRE ???

Une fois, une seule fois dans ma vie, je voulais t’appeler „papa“, mettre mes petits bras autour de toi, poser mon visage dans ton cou, inspirer ton odeur, entendre une fois le son de ta voix m’appelant tendrement „ma petite Marlène“.

Ne pouvais-tu pas ou ne voulais-tu pas laisser détruire ton monde bourgeois par ma présence ?

Où est ton courage quand il s’agit de répondre de tes actes ? Les Français sont un peuple récalcitrant, vous avez pris le pouvoir à la noblesse, avez construit la démocratie, vous descendez dans la rue quand quelque chose ne vous convient pas, mais soutenir son enfant, ça ne marche pas ? Ne pouvais-tu pas me soutenir, au plus tard quand tu as pris ta retraite, lorsqu’il n’y avait plus aucun danger de la perdre à cause de ta fraternité avec l’ennemi, Non, même à ce moment-là, tu es resté silencieux !!!

Je voudrais te secouer, te dire que tu t’es comporté de manière scandaleuse, que tu me mets en colère, me laissant pleine de doutes. En même temps vient l’obstination !

Je suis arrivée sans TOI à bien vivre ma vie, peut-être grâce au grand amour que maman m’a donné. Je lui dois ma vie, mon caractère, mes sentiments.

Peux-tu comprendre combien elle me manque et que je lui parle parfois, bien qu’elle soit morte depuis 50 ans ?

Et qu’en est-il de Georgette, ta fille légitime, qui a passé toute sa vie avec vous ? N’avais-tu pas encore 10 années, après le décès de ta femme, pour lui parler de moi et ne pas la laisser dans ce bled, à la merci d’autrui pour être soignée ?

Nous aurions eu le temps d’apprendre à nous connaître avant que le grand-âge la rende démente.

Elle m’a montré des photos de toi et de maman après la guerre. Comment as-tu expliqué tout cela à ta famille ? Que l’appartement de ma mère t’avais été attribué quand tu es arrivé dans la région de l’Alb comme soldat d’occupation et que vous avez dû inévitablement vous partager les pièces alors que maman faisait le ménage ?

Il y a des jours pendant lesquels j’ai l’impression que mon cœur se déchire. Tu es chaque jour dans mes pensées !

Tu me mets en colère, tu me rends triste et sentimentale et parfois, je voudrais crier, taper contre le mur et le cas échéant t’envoyer au diable et pourtant, et pourtant…

je t’aime papa!

Ta fille Marie Marlène

 

Autres textes de Meggie Beck

A nos mères, un Article de Meggie Beck

A nos mères, un Article de Meggie Beck

« J’aimerais maintenant chanter les louanges de nos mères. »
Cet article est un hommage de Meggie Beck aux mères, qui comme la sienne, ont su trouver les ressources et le courage d’élever leur enfant de la guerre au milieu d’importantes difficultés matérielles et morales et ainsi assurer leur avenir.

Meggie BECK 18-11-2017

Meggie BECK 18-11-2017

Autres textes de Meggie : Depuis 2 ans Meggie nous a régulièrement confié de très beau textes que vous pouvez lire ici. ESPOIR, quel mot Merveilleux Rencontre CSF/HOG 2016  A la recherche de nos racines Vidéo de l'exposé de Meggie lors de à la réunion annuelle se...

Sasbach 2017

Sasbach 2017

Quel mot merveilleux! Sans l’espoir notre vie serait grise, morne, sombre, impitoyable. Cette année encore, notre réunion était portée par l’espoir.

Rencontre Coeurs sans Frontières 2016

Rencontre Coeurs sans Frontières 2016

Chaque année, à une date proche de la Journée mondiale des droits de l’enfant (20 novembre) Cœurs sans Frontières organise une Rencontre entre ses membres et des invités soutenant la cause des enfants confrontés à des difficultés identitaires en raison des guerres et...

A la recherche de nos racines

A la recherche de nos racines

Il a des personnes pour qui, même 71 ans après, les conséquences de la guerre sont d’une grande importance. Ceci a été démontré très clairement lors de la réunion régionale de CSF. Cette association fondée il y a 10 ans en France a pour l’objectif de tendre la main à...