Un voyage dans le passé et quelques impressions du Jura Souabe

Le général de Gaule au camp de Münsingen
L'insigne de l'ancien camp de Münsingen
L'ancien camp de Münsingen
L'ancien camp de Münsingen
Meggie in Münsingen
Camp de Münsingen aujourd'hui
Camp de Münsingen aujourd'hui
Ville de Münsingen
Ville de Münsingen
Panorama de Münsingen
Campagne autour de Münsingen

​Je savais que cela serait très émouvant pour moi de visiter les lieux de mon enfance, mais jamais je ne m’attendais à ce que cela me touche autant !

Sur le chemin de Stuttgart à Münsingen j’ai remarqué de plus en plus de choses qui m’étaient très familières. Le paysage change et au fur et à mesure mes souvenirs d’enfance, que je croyais perdus au plus profond de moi-même, me reviennent en mémoire, tous ceux qui m’ont laissé devenir la femme que je suis aujourd’hui.

Je suis profondément reconnaissante d’avoir pu passer les 12 premières années de ma vie dans cet endroit merveilleux.

Le dialecte, la gentillesse et l’affection de mes anciens camarades de classe, la rencontre avec mon ancien instituteur (aujourd’hui âgé de 98 ans), aussi le fait de revoir notre ancienne maison m’a fait ressentir l’amour et la confiance que j’avais dans mon cœur.  Le goût des « Spätzle » et des « Maultäschle » dans mon assiette qui m’ont fait ressentir une profonde gratitude envers ma mère qui a su me transmettre tous ces sentiments qui m’ont accompagnée tout le long du voyage au travers de ma vie.

Nos moyens financiers étaient assez limités. Quand les chaussures d’été devenaient trop petites, on découpait un morceau devant, les pulls et vestes trop petites étaient défaits et retricotés, les robes et les jupes avaient de larges ourlets et pouvaient ainsi être rallongées.  Mais nous avions autour de nous un environnement très joli qui inspirait notre fantaisie d’enfants à inventer de nouveaux jeux. En comparaison des enfants d’aujourd’hui qui ont leurs yeux fixés sur un ordinateur ou sur un téléphone portable, nous avions le plus beau terrain de jeux du monde.

Je me souviens que ma mère me préparait un thé ou un chocolat chaud quand je rentrais gelée après avoir fait de la luge ou du ski.  Nous étions assises près du poêle avec sa chaleur agréable, et pendant que je « dégelais » lentement, ma mère me lisait les histoires de « Heidi » ou «Rosenresli ».

J’adorais le moment lorsque le jour tombe et le crépuscule se transforme lentement en nuit d’hiver.
Nous étions toutes les deux assises dans la pièce sombre, en sécurité, au chaud et heureuses.
Nous appelions ce moment « l’heure bleue » (je le fait encore aujourd’hui).

Et début de l’été il y avait le soir beaucoup de hannetons qui bourdonnaient autour des réverbères et une horde d’enfants bruyants essayait d’en attraper le plus possibles pour les garder dans des boîtes à chaussures.
Qu’avons-nous fait de ces hannetons ? 
Est-ce que nous les avons laissé s’envoler de nouveau ?
Où sont-ils passés tous ces hannetons ainsi que la supposée idylle de mon enfance dans le Jura Souabe ?

Bien sûr, tout n’était pas aussi rose que ma mémoire veut me le faire croire !
J’ai visité le camp militaire français, « le vieux camp » d’Auingen avec ma camarade de classe Rose, qui m’a montré les anciennes casernes françaises qui n’étaient pas insignifiantes, puisque même Charles de Gaulle les a visitées en septembre 1962. Après l’abandon du camp français en 1992, il y a aujourd’hui, dans ces bâtiments, des belles boutiques artisanales où l’on trouve des produits du terroir ainsi que de la gastronomie.

Quelle transformation significative !!!

Malgré tous ces souvenirs positifs, il y avait un sentiment de tristesse au fond de moi, en marchant dans les mêmes rues du camp que mon père à l’époque ainsi que de voir la maison où vivait ma maman et mon papa….  la mort, beaucoup trop tôt de ma mère…. m’a fait ressentir un sentiment partagé entre de bons souvenirs et une perte amère.

Je pense que je dois vivre avec ce conflit et être reconnaissante de pouvoir puiser encore et encore dans les trésors positifs du passé.

Et quelle chance d’avoir été adolescente dans les années 1960, quand nous descendions dans les rues de Bonn pour protester contre la « bourgeoisie » et les convictions « brunes » encore présentes dans l’esprit des gens, avec une acceptation croissante – du moins chez les jeunes. A savoir que le fait d’être un enfant illégitime ne jouait plus aucun rôle. Quand nous, les femmes, avons relevé la tête et tenté de nous libérer de la tutelle patriarcale.

Toi maman, assise là-haut sur ton nuage en me regardant, j’espère que tu es un peu fière de moi et de ce que tu m’as donné.

Merci aux « Münsinger » qui m’ont chaleureusement accueillie !

Merci à Cœurs sans frontières qui est devenu maintenant ma famille française !

Merci à tous ceux qui m’ont façonnée et qui ont fait de moi, ce que je suis maintenant !

Je me suis réconciliée avec mon destin, parce que j’avais et j’ai accompli plus qu’on aurait pu prévoir et espérer, lorsque je suis née avec le surnom « Franzesle ».

Quand je regarde aujourd’hui CSF, je constate que nous les « enfants de la honte », nous sommes devenus des gens honnêtes, justes et merveilleux !

En ce sens ……..à bientôt

Meggie Beck

Autres textes de Meggie Beck

Etranges particularités des français

Etranges particularités des français

Assimiler cette culture parfois si différente que nos racines nous amènent est une aventure pleine de surprises. Un nouveau texte de Meggie sans tabous mais avec beaucoup d’humour.

Cher Papa

Cher Papa

Cher papa, cher père, Comment dois-je t’appeler, toi personne de mon désir ardent la vie durant. Toi, qui n’existait que dans ma tête, jamais réellement, jamais à portée de la main, jamais pour moi.

A nos mères, un Article de Meggie Beck

A nos mères, un Article de Meggie Beck

« J’aimerais maintenant chanter les louanges de nos mères. »
Cet article est un hommage de Meggie Beck aux mères, qui comme la sienne, ont su trouver les ressources et le courage d’élever leur enfant de la guerre au milieu d’importantes difficultés matérielles et morales et ainsi assurer leur avenir.

Meggie BECK 18-11-2017

Meggie BECK 18-11-2017

Autres textes de Meggie : Depuis 2 ans Meggie nous a régulièrement confié de très beau textes que vous pouvez lire ici. ESPOIR, quel mot Merveilleux Rencontre CSF/HOG 2016  A la recherche de nos racines Vidéo de l'exposé de Meggie lors de à la réunion annuelle se...

Sasbach 2017

Sasbach 2017

Quel mot merveilleux! Sans l’espoir notre vie serait grise, morne, sombre, impitoyable. Cette année encore, notre réunion était portée par l’espoir.

Rencontre Coeurs sans Frontières 2016

Rencontre Coeurs sans Frontières 2016

Chaque année, à une date proche de la Journée mondiale des droits de l’enfant (20 novembre) Cœurs sans Frontières organise une Rencontre entre ses membres et des invités soutenant la cause des enfants confrontés à des difficultés identitaires en raison des guerres et...

A la recherche de nos racines

A la recherche de nos racines

Il a des personnes pour qui, même 71 ans après, les conséquences de la guerre sont d’une grande importance. Ceci a été démontré très clairement lors de la réunion régionale de CSF. Cette association fondée il y a 10 ans en France a pour l’objectif de tendre la main à...